Tuques, manteaux chauds, bonnes bottes et pelles sont de mise: MétéoMédia prévoit un hiver long et froid.

Un hiver long et froid

Tuques, manteaux chauds, bonnes bottes et pelles sont de mise : MétéoMédia prévoit un hiver long et froid, à l’image de l’automne où les températures enregistrées en octobre et en novembre ont été généralement sous les moyennes saisonnières.

« On a eu un automne en deux temps, qui a commencé par de la chaleur en septembre et au début d’octobre. Puis, il y a eu une cassure importante et on a connu des températures hivernales dans la deuxième moitié d’octobre et durant le mois de novembre », souligne André Monette, chef de service à la météorologie chez MétéoMédia.

En décembre, les températures seront tout près des normales, précise-t-il. C’est dans la seconde moitié de l’hiver que le tout se gâtera. Le redoux devrait nous offrir un peu de répit en janvier, après quoi février sera « glacial », indique M. Monette. 

« En fait, cette année, la météo est hâtive en ce qui a trait à la neige et au froid, remarque le météorologue. Mais au cours des dernières années, nous étions hors normes au niveau de la chaleur. Nous sommes passés d’un extrême à l’autre. S’il y a des redoux [cet hiver], ils seront de courte durée. »

Tapis neigeux

Alors qu’au cours des dernières années, certains se demandaient si Noël serait blanc, la neige ne s’est pas fait attendre en 2018, alors qu’elle a fait son apparition autour du 18 octobre. Pour une première neige, ce n’est rien d’anormal, explique M. Monette. C’est plutôt la première accumulation d’importance, qu’on a enregistrée le 24 octobre cette année, qui est hâtive. « En moyenne, les premiers flocons tombent le 15 octobre, mais il faut attendre le début de novembre pour voir une accumulation au sol », précise-t-il.

« On a perdu de la neige avec le redoux des derniers jours, mais le tapis neigeux va se refaire. C’est pratiquement garanti qu’on aura un Noël blanc », affirme André Monette, selon qui les précipitations attendues depuis lundi jusqu’à mercredi devraient totaliser une quinzaine de centimètres. La pluie se sera transformée graduellement en neige lourde et mouillée.

Les grosses tempêtes de neige devraient cependant éviter le Québec, puisque les grands froids auront pour effet de repousser les dépressions qui se concentreront sur la côte est américaine et les provinces maritimes. 

Mais le sud du Québec, à la frontière américaine, pourrait toutefois accueillir les soubresauts de ces tempêtes, notre région y comprise. 

Le cocktail météo que nous réserve la saison froide risque de rendre les routes glissantes, ajoute M. Monette, qui invite les automobilistes à la prudence lors de leurs déplacements.