Douze employés masculins du Café de la brûlerie se sont prêtés au jeu pour créer un calendrier sexy.
Douze employés masculins du Café de la brûlerie se sont prêtés au jeu pour créer un calendrier sexy.

Un grain de folie au Café de la brûlerie

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
Une collecte de fonds vraiment particulière fera certainement jaser dans la région. L’équipe du Café de la brûlerie a créé un calendrier sexy mettant en vedette douze employés masculins de l’entreprise. Les profits seront remis à l’Association Granby pour la déficience intellectuelle et l’autisme.

« Dans une autre vie, j’étais enseignante au CRIF. J’enseignais aux adultes vivant avec une déficience intellectuelle ou de l’autisme. » Lise Auclair a eu l’occasion de voir l’effet qu’avaient les activités de l’AGDIA sur ces adultes. La copropriétaire du café de la rue de la Gare, à Granby, est naturellement sensible à la cause.

Mais c’est l’idée du calendrier qui est venue avant celle de collecter des dons pour l’organisme. « Étant donné qu’on est dans la période des Fêtes, c’était une belle façon de s’impliquer et de redonner à la communauté, confie-t-elle. L’idée est venue en novembre. Il était minuit moins une pour un calendrier. On s’est dit que c’était fou raide et, quand on en a parlé à nos employés, ils ont sauté à pieds joints dans le projet. Je dois avoir seize gars dans l’équipe et les douze du calendrier ont saisi l’occasion rapidement. C’est le plus beau compliment qu’ils pouvaient me faire parce que c’est quand même assez flyé ! »

« Étant donné qu’on est dans la période des Fêtes, c’était une belle façon de s’impliquer et de redonner à la communauté », explique Lise Auclair, copropriétaire du Café de la brûlerie.

Inspirée par les calendriers réalisés chaque année par des pompiers, Mme Auclair a apporté de nombreux accessoires faisant référence au Café de la brûlerie pour la séance photo. Les participants représentent tous les métiers qu’on retrouve sur place. Ils sont cuisiniers, serveurs, torréfacteurs, baristas. Même son conjoint et copropriétaire, Maxime Poulin, s’est prêté au jeu.

« On a une diversité corporelle et d’âges et il y a une grosse note d’humour, évoque-t-elle. Ils prenaient des pauses que même moi je n’avais pas imaginées. Ils se sont vraiment laissés aller. L’ensemble du personnel est resté pour la séance photo. Ils s’encourageaient mutuellement. Le cœur était à la fête. On a une équipe vraiment solidaire et unie et ça transparait dans le calendrier. »

Lancement public mercredi

Les gars devraient tous être présents au 5 à 7 de lancement, mercredi soir au café. L’instigatrice du projet tient à inviter le public.

Même le conjoint de Lisa Auclair et copropriétaire du Café, Maxime Poulin, s’est prêté au jeu.

Chaque calendrier sera en vente au coût de 15 $. Lisa Auclair en a fait imprimer 550. S’ils sont tous vendus, grâce au soutien des commanditaires, le Café de la brûlerie pourrait remettre 10 000 $ à l’AGDIA. Une campagne de sociofinancement a également été lancée sur la plateforme GoFundMe pour compléter la collecte.

La mission de l’AGDIA est de défendre les droits et de promouvoir les intérêts des personnes vivant avec une déficience intellectuelle ou avec le trouble du spectre de l’autisme. L’organisme soutient aussi les parents, familles d’accueil et fratries. Les jeunes vivant avec un TSA pourront notamment avoir accès à un camp de jour adapté, à du répit parental et à des activités culturelles et sportives grâce aux dons recueillis.