Philippe Couillard est entouré de son nouveau conseil des ministres.

Un gouvernement pour les élections

Philippe Couillard a formé un Conseil des ministres capable selon lui de convaincre que son gouvernement n’est pas usé.

Si des ténors comme Carlos Leitão, Gaétan Barrette et Jean-Marc Fournier demeurent en poste, des nouveaux visages font leur entrée dans son équipe ministérielle — celle devant conduire le gouvernement jusqu’aux prochaines élections générales.

Le député de Pontiac, André Fortin, 35 ans, est le grand gagnant du remue-ménage de mercredi. Il prend les rênes du puissant ministère des Transports, le plus grand donneur d’ouvrage au Québec.

M. Fortin sera secondé par la députée de Chauveau, Véronyque Tremblay, néophyte comme lui. Elle est devenue déléguée aux Transports.

La région de Québec préoccupe les libéraux; encore plus depuis la gifle encaissée dans la partielle de Louis-Hébert. C’est la raison pour laquelle, outre la nomination de Véronyque Tremblay, le premier ministre a retiré des mains de François Blais la responsabilité de la Capitale-Nationale pour la confier au titulaire de l’Éducation, Sébastien Proulx.

Autres recrues: Isabelle Melançon, députée de Verdun, hérite du ministère de l’Environnement; Marie Montpetit, de Crémazie, prend la direction de celui de la Culture et des communications.

Les Québécois «veulent une équipe qui allie l’expérience et la jeunesse», a déclaré le chef du gouvernement en présentant les 32 membres de son nouveau Conseil des ministres. Il y en avait 26 jusque-là.

Sur ces 32 personnes, 15 sont des femmes, s’est félicité Philippe Couillard.

«Il nous faut écouter»

Affirmant que la «maison est en ordre», M. Couillard a appelé les membres de son gouvernement à écouter les citoyens. «Il nous faut écouter et bien comprendre la population du Québec», a-t-il dit.

Sur la feuille de route de son nouveau gouvernement figurent cinq priorités: la réduction du fardeau fiscal, la qualité de vie des citoyens et des familles, l’innovation, la vitalité des régions et la jeunesse.

Philippe Couillard a annoncé la mise en place d’un comité ministériel responsable de la conciliation travail-famille-études.

Le retour de Poëti

Est-ce pour écouter? Le populaire Robert Poëti revient au Conseil des ministres après en avoir été éjecté en janvier 2016. Son purgatoire terminé, l’ex-policier s’occupera de l’Intégrité des marchés publics et des Ressources informationnelles, une entité créée pour l’occasion.

David Heurtel remplace Kathleen Weil à l’Immigration, à la Diversité et à l’Inclusion. Certains y voient une façon de recadrer le message gouvernemental autour de la controversée consultation sur la discrimination systémique et le racisme.

Philippe Couillard a par ailleurs donné suite à un vieil engagement. Il a nommé Kathleen Weil responsable «des relations avec les Québécois d’expression anglaise», une nouveauté. Ce n’est pas nécessairement Mme Weil qui était attendue à ce poste.

Contrer le repli

Dans son allocution, le premier ministre a martelé certains messages: pour répondre à la montée du protectionnisme, au «négativisme» et au «repli» identitaire, «nous avons la responsabilité d’être des agents d’inclusion plutôt que d’exclusion», a-t-il dit en ayant en tête le Parti québécois et la Coalition avenir Québec.

M. Couillard a formulé le vœu que «la diversité croissante de notre société soit un élément qui renforce notre société unique en Amérique». Il a précisé qu’une politique gouvernementale sur l’«interculturalisme» l’illustrera bientôt.

Sur la question de l’avenir du Québec, il n’a pas manqué de souligner que «pour affirmer une identité, nul besoin d’en effacer, d’en diminuer ou d’en rejeter une autre».

Bien que le poste soit avant tout symbolique, Dominique Anglade a été promue vice-première ministre, mercredi.

Pierre Moreau, qui était au Trésor, dirige désormais le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. Il a pris la place de Pierre Arcand, lequel a pris la sienne au Conseil du trésor.

L’opposition à l’unisson

«Le changement d’acteurs de soutien ne changera rien aux actions les plus importantes de ce gouvernement — 92% de son budget demeurant entre les mêmes mains», a fustigé le chef péquiste, Jean-François Lisée.

Le caquiste François Bonnardel affirme que «Philippe Couillard a délibérément choisi de garder au sein de son Conseil des ministres 17 personnes qui étaient là sous Jean Charest». Même son de cloche d’Amir Khadir, de Québec solidaire, qui a une fois de plus dénoncé le leader parlementaire Jean-Marc Fournier.

+

LE RETOUR

  • Robert Poëti (Marguerite-Bourgeoys) ministre délégué à l’Intégrité des marchés publics et aux Ressources informationnelles


LES PROMUS

  • Dominique Anglade (Saint-Henri–Sainte-Anne) ministre de l’Économie. Elle a gagné le titre de vice-première ministre du Québec.
  • Sébastien Proulx (Jean-Talon) ministre de l’Éducation. Il a gagné le titre de responsable de la Capitale-Nationale. Notons qu’il a perdu la Famille.
  • Hélène David (Outremont) ministre de l’Enseignement supérieur. Elle a gagné le poste de responsable de la Condition féminine.
  • Nicole Ménard (Laporte) whip en chef du gouvernement
  • Filomena Rotiroti (Jeanne-Mance–Viger) présidente du caucus


DES RESPONSABILITÉS EN MOINS

  • Lise Thériault (Anjou–Louis-Riel) ministre responsable de la Protection des consommateurs et de l’Habitation. Elle a perdu son titre de vice-première ministre.
  • François Blais (Charlesbourg) ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale. Il a perdu son titre de responsable de la Capitale-Nationale
  • Kathleen Weil (Notre-Dame-de-Grâce) ministre de l’Accès à l’information et des Relations avec les Québécois d’expression anglaise


LA GRANDE PERDANTE

  • Rita de Santis redevenue simple députée


LES MOUVEMENTS PLUS OU MOINS LATÉRAUX

  • David Heurtel (Viau) ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion
  • Luc Fortin (Sherbrooke) ministre de la Famille
  • Pierre Moreau (Châteauguay) ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles
  • Pierre Arcand (Mont-Royal) président du Conseil du trésor


LES RECRUES

  • André Fortin (Pontiac) ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports
  • Isabelle Melançon (Verdun) ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques
  • Marie Montpetit (Crémazie) ministre de la Culture et des communications et ministre de la Protection et de la promotion de la langue française
  • Véronyque Tremblay (Chauveau) ministre déléguée aux Transports
  • Stéphane Billette (Huntingdon) ministre délégué aux Petites et moyennes entreprises et au Développement économique régional


CEUX QUI DEMEURENT AU MÊME POSTE

  • Carlos Leitão (Robert-Baldwin) ministre des Finances
  • Gaétan Barrette (La Pinière) ministre de la Santé et des Services sociaux
  • Jean-Marc Fournier (Saint-Laurent) ministre des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne et leader parlementaire
  • Stéphanie Vallée (Gatineau) ministre de la Justice
  • Martin Coiteux (Nelligan) ministre des Affaires municipales et de la Sécurité publique
  • Dominique Vien (Bellechasse) ministre du Travail et responsable de la région de la Chaudière-Appalaches
  • Lucie Charlebois (Soulanges) ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie
  • Christine Saint-Pierre (Acadie) ministre des Relations internationales et de la Francophonie
  • Julie Boulet (Laviolette) ministre du Tourisme
  • Laurent Lessard (Lotbinière-Frontenac) ministre de l’Agriculture. Il a été délesté de l’autre poste qu’il occupait, celui de ministre des Transports. Il était entendu qu’il ne pouvait cumuler les deux.
  • Geoffrey Kelley (Jacques-Cartier) ministre des Affaires autochtones
  • Luc Blanchette (Rouyn-Noranda–Témiscamingue) ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs
  • Francine Charbonneau (Mille-Îles) ministre responsable des Aînés et de la Lutte contre l’intimidation
  • Jean D’Amour (Rivière-du-Loup–Témiscouata) ministre délégué aux Affaires maritimes et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent
  • Philippe Couillard premier ministre
  • J. Michel Doyon lieutenant-gouverneur du Québec