Un garage et un cabanon ont été détruits par un violent incendie, lundi matin, à Granby. La défectuosité d’un appareil entreposé dans le garage pourrait être en cause.

Un garage détruit par un incendie

Un violent incendie a détruit un garage de la rue Lesage à Granby, lundi matin, en plus de se propager à un cabanon qui a été rasé par les flammes. Une épaisse colonne de fumée était visible à des kilomètres à la ronde. Lorsque les pompiers ont été alertés de l’existence du brasier, vers 9 h, ils pouvaient apercevoir le panache de fumée de leur caserne située à 6 km de là.

« On a eu des informations qu’il y a eu des détonations, des explosions. Effectivement, il y a des réservoirs de propane qui ont explosé », explique Simon Boutin, directeur intérimaire au Service des incendies­ de Granby.

Stopper la propagation

À l’arrivée des sapeurs, le garage avait déjà commencé à s’effondrer. Les flammes menaçaient un cabanon situé sur la propriété voisine. Elles ont fini par l’atteindre et l’ont détruit. « Par la radiation, il a pris feu, explique M. Boutin. On a travaillé à limiter l’incendie et on a aussi arrosé la maison parce qu’il y avait beaucoup de chaleur et on craignait une propagation. »

Les pompiers ont réussi à stopper la propagation avant que le feu n’atteigne la résidence qui accueille une garderie. D’ailleurs, les enfants ont été évacués et relocalisés de façon préventive. La maison a pu être réintégrée plus tard.

Le Service des incendies de Granby a fait appel à leurs collègues de Roxton Pond avec leur camion-citerne pour le transport d’eau puisque ce secteur est dépourvu de borne-fontaine. 

Le garage et le cabanon sont une perte totale. Les dommages grimpent à plusieurs milliers de dollars.

Tout porte à croire que la défectuosité d’un appareil entreposé dans le garage soit responsable de l’incendie. La violence du brasier s’explique notamment par la présence de plusieurs matières combustibles dans le garage. « Le temps qu’on arrive ici, il n’y avait plus de garage. Même qu’on voyait un immense panache de fumée de la caserne. C’est un feu qui a été violent », affirme Simon Boutin.