La Fondation Louis-Philippe Janvier a remis jeudi à la Fondation du CHG un don de 115 000$ qui ira au nouveau fonds pour les jeunes adultes atteints de cancer.

Un fonds pour soutenir les oubliés

Inhumain. C’est le mot lourd de sens qu’a utilisé le père de Louis-Philippe Janvier, Benoit, pour qualifier les conditions dans lesquelles le jeune homme de 26 ans a rendu les armes en 2013, au terme de son combat après une récidive du cancer. Pour éviter que de telles tragédies se multiplient dans la région, la Fondation Louis-Philippe Janvier a annoncé jeudi la création d’un fonds dédié aux 18-35 ans atteints de cette sournoise maladie, de concert avec la Fondation du Centre hospitalier de Granby.

Perdre un enfant, un frère, laisse un trou béant d’où émane une foule d’émotions. Ces émotions, tantôt teintées d’amertume, tantôt d’optimisme, ont ressurgi durant le poignant témoignage de Benoit Janvier. « Ce qu’on a vécu à la fin [de vie] de Louis-Philippe, ce n’était pas censé se passer comme ça, a-t-il confié, des trémolos dans la voix. [...] De 0 à 17 ans, tu es dans un cinq étoiles. Mais quand tu atteins 18 ans, tu es laissé à toi-même, complètement. Ces jeunes ne méritent pas ça. On va tout faire pour que les 18-35 ans aient du mieux-être, sans avoir tous les soucis autour. »

En fait, Louis-Philippe Janvier n’avait que quelques mois lorsque ses proches ont encaissé le diagnostic coup de poing du cancer. Le jeune battant avait néanmoins réussi à gagner, près de six ans plus tard, le premier round contre la maladie. Le répit aura finalement duré deux décennies. Faisant fi de ce nouvel obstacle, Louis-Philippe Janvier était rempli de projets, avide de découvertes. « Il voulait changer le monde. Son rêve, c’était d’aller faire de l’aide humanitaire dans des pays sous-développés », s’est remémoré sa mère, Johanne Lussier.

Or, son dernier voyage n’aura pas été vain. La fondation qu’il a mise sur pied en 1989, aujourd’hui administrée par ses proches, a décidé de poser un geste concret pour honorer sa mémoire, en injectant officiellement jeudi 115 000 $ dans le Fonds distinct Louis-Philippe Janvier, créé en partenariat avec la Fondation du Centre hospitalier de Granby (CHG).

« [Ce fonds] fait plus que financer des équipements ou des programmes spéciaux, a fait valoir la directrice générale de la Fondation du CHG, Suzanne Surette. On vient humaniser les soins de santé. »

Émilie et Marie-Ève Janvier

Besoins particuliers
Se replonger dans l’épreuve qu’ont traversée les proches de Louis-Philippe ne se fait pas sans heurts. Malgré les années, la douleur est toujours aussi vive, a confié sa soeur et complice Marie-Ève. La chanteuse et animatrice a d’ailleurs souligné en point de presse que les jeunes adultes sont les grands oubliés dans la sphère de l’oncologie et ses ramifications. « Dans tout l’argent amassé pour la recherche sur le cancer, moins de 1 % va aux 18-35 ans », a-t-elle indiqué. Sa soeur Émilie a également évoqué une éloquente statistique. « Chaque enfant qui a un jour un cancer a 80 % de risque à l’âge adulte d’avoir une récidive. »

Les besoins des gens dans cette tranche d’âge sont donc criants. « Quand la maladie se déclare à cet âge, il y a des besoins particuliers. [...] Cette classe de gens commence dans la vie. Ils ont des dépenses différentes des gens de 45 ans. Ils ont une nouvelle maison, une voiture, un nouveau travail. Souvent de jeunes enfants. [...] Leur préoccupation majeure n’est pas de guérir, a mentionné la chef de service du centre de chimiothérapie du CHG, Nadia Racicot. Ils se demandent s’ils ont de l’argent pour payer de la nourriture cette semaine. »

Ainsi, le nouveau fonds sera notamment destiné à payer les frais de déplacement de jeunes usagers du CHG atteints de cancer. Idem en ce qui concerne l’hébergement, les services particuliers non assurés et le soutien temporaire, comme la kinésiologie par exemple. Des sommes seront aussi allouées dans certains cas pour acquitter une partie des factures courantes.

Une cause, quatre activités
Afin d’assurer sa pérennité, le fonds sera alimenté par quatre principales activités de financement.

Primo, on parle du tour cycliste Roulez pour vivre, qui en était cette année à sa cinquième mouture. Secundo, le tournoi de golf annuel, qui soufflera ses 20 bougies le 16 juin. Tertio, la troupe Musicophonie, menée par Johanne Lussier, offre une foule de prestations-bénéfice. Et finalement, les Écuries Bienvenue à Roxton Pond orchestrent depuis plus d’une décennie des compétitions équestres ainsi qu’un souper.

Il est aussi possible de faire un don via le site internet fondationchg.org, où l’on peut retrouver un onglet dédié au Fonds Louis-Philippe Janvier.