Le ministère des Transports évaluera la demande de la Ville de Farnham, qui réclame entre autres l’installation d’un feu clignotant jaune à l’intersection de la route 235 et de la rue des Écureuils.

Un feu clignotant réclamé sur la route 235 à Farnham

Farnham interpelle le ministère des Transports afin de prévenir les collisions à l’intersection de la route 235 et de la rue des Écureuils en réclamant entre autres l’installation d’un feu jaune clignotant. Le Ministère a annoncé qu’une analyse de sécurité sera réalisée avant de prendre position.

Cette démarche fait suite à l’intervention d’un citoyen du secteur qui s’était présenté à une séance du conseil municipal en réclamant aux élus de poser des actions pour assurer plus de sécurité à l’intersection de la route provinciale et de la rue des Écureuils.

La Ville a fait ses devoirs et s’adresse au ministère des Transports — qui a juridiction sur la route 235 — pour installer un feu clignotant sur la route provinciale. Elle demande également qu’une affiche annonçant l’intersection en question soit installée en bordure de la route 235 en direction sud vers Bedford.

L’objectif, évoquent les élus, est de prévenir les accidents, comme en témoigne la résolution adoptée en ce sens lors de la dernière séance du conseil municipal, le 4 novembre.

Analyse de sécurité

Le ministère des Transports a confirmé avoir reçu la demande de la Ville. Il procédera d’ailleurs à une analyse de sécurité pour déterminer si les actions réclamées par les élus sont justifiées, explique Nomba Danielle, conseillère en communication du Ministère.

Le comportement des usagers à l’intersection, l’historique des collisions et les observations des experts seront entre autres pris en considération. Cette démarche pourrait toutefois s’étirer sur plusieurs mois.

«Ce serait un panneau permanent, donc il doit tenir compte de tout ce qui se passe à l’intersection à différents moments, explique Mme Danielle. C’est une analyse minutieuse qui sera faite.»

Le Ministère estime que 3900 véhicules circulent en moyenne chaque jour sur la route 235 à la hauteur de la rue des Écureuils.

Au cours des cinq dernières années, soit de 2014 à 2018, trois accidents ont été répertoriés dans un rayon de 200 mètres au sud et au nord de l’intersection. Les véhicules impliqués circulaient tous sur la route provinciale, précise Mme Danielle.

Une collision impliquant une bétonnière s’est produite en 2017 tandis qu’un autre accident est survenu lors d’une manoeuvre de recul puis à troisième occasion, c’est un chevreuil qui a été heurté par un véhicule.