Les policiers américains ont découvert des briques de cocaïne dans deux sacs de sport qui se trouvaient dans la voiture conduite par Larbi Benkaddour.

Un ex-conseiller d'Ange-Gardien arrêté avec 165 livres de cocaïne

L’arrestation pour trafic de cocaïne et la condamnation à six ans de pénitencier imposée à Larbi Benkaddour, cet ex-conseiller municipal d’Ange-Gardien, ont pris plusieurs personnes par surprise, notamment le maire actuel de la municipalité.

L’homme de 46 ans a été arrêté le 31 juillet 2018 alors qu’il roulait sur une autoroute du nom d’Ohio Turnpike, selon le communiqué émis par la Ohio State Highway Patrol. Les policiers l’ont intercepté puisqu’il aurait effectué des changements de voies interdits sous leurs yeux. Les agents ont poussé leur investigation et ont fait appel à un chien pisteur de drogue.

Deux sacs de sport ont été découverts dans le coffre de la valise de la voiture en location et immatriculée en Californie. Ceux-ci contenaient 165 livres de cocaïne. La drogue est évaluée à 6,3 millions de dollars américains, précise le communiqué.

Selon ce qu’a rapporté Le Journal de Montréal, Larbi Benkaddour a plaidé coupable à une accusation de trafic de cocaïne, en décembre. Il a du coup écopé d’une peine d’emprisonnement de six ans, toujours selon les informations rapportées par le quotidien montréalais. M. Benkaddour, un homme d’origine marocaine installé dans la région de Granby, n’a pas d’antécédent criminel au Québec, selon les recherches effectuées par La Voix de l’Est.

Larbi Benkaddour a été conseillé municipal à Ange-Gardien de 2009 à 2013.

Un effet de surprise

Larbi Benkaddour a siégé comme conseiller municipal à Ange-Gardien de 2009 à 2013. Il s’était présenté aux élections dans l’équipe Action Ange-Gardien. Le maire actuel d’Ange-Gardien, Yvan Pinsonneault, était conseillé indépendant pendant ce mandat.

« Du temps que j’ai siégé avec lui, ça ne laissait rien présager de tel. C’est quelqu’un qui défendait les intérêts des gens de son secteur et il était disponible pour la municipalité », dit-il, en précisant qu’il le côtoyait seulement lors des réunions de travail et les assemblées du conseil municipal.

Larbi Benkaddour a été défait aux élections de 2013. L’ex-conseiller est ensuite « disparu de la scène municipale », indique M. Pinsonneault. Ce dernier s’est dit à la fois « surpris » et « triste pour sa femme et ses enfants » qui doivent composer avec les conséquences de son arrestation et sa condamnation.

La nouvelle a également surpris Joanne Ouellette de l’organisme Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY) où Larbi Benkaddour a été président du conseil d’administration en 2008. « Je n’en revenais pas, dit celle qui a appris la nouvelle à la radio. Ça m’a surprise et je me disais que ça ne se pouvait pas. » Après la fin de son mandat au SERY, Mme Ouellette n’a plus eu de contact avec lui.

Larbi Benkaddour aurait déjà travaillé dans un organisme communautaire à Saint-Césaire. Selon le Registre des entreprises du Québec, il est propriétaire d’une entreprise d’exportation de copeaux de bois.