L'Espace du réemploi est un bric-à-brac offrant une panoplie d'objets usagés en bon état. On aperçoit ici l'agente de projet Soulianka Viens.

Un Espace du réemploi pour les amateurs de bonnes occasions

Le nouvel Espace du réemploi de l'écocentre de Granby a été qualifié, mercredi, de « jolie caverne d'Ali Baba ». Difficile de dire le contraire.
Le local, qui ouvrira ses portes au public samedi matin, recèle quantité d'objets déposés à l'écocentre par des citoyens, mais qui possèdent le potentiel pour amorcer une deuxième vie. 
Les résidants de la Haute-Yamaska y trouveront d'ailleurs de tout et en bon état. Une visite rapide a par exemple permis de détecter des meubles antiques, des chaises de patio, des exerciseurs, des électroménagers, des portes et des luminaires. Mais les responsables ont aussi pensé à tous ces objets inusités et parfois difficiles à remplacer, comme des poignées, des manivelles de fenêtres, des roues de brouette ou des plateaux de micro-ondes. 
Ni plus ni moins que projet-pilote, l'Espace du réemploi s'ajustera à l'offre et à la demande au cours des prochains mois. « C'est déjà plein, mais il faut que le matériel roule », a laissé entendre le nouveau directeur de la Corporation de gestion des matières résiduelles de la Haute-Yamaska (COGEMRHY), Luc Trahan, heureux de disposer d'un local exclusivement réservé aux objets usagés. 
Selon lui, ces objets sont souvent repérés par l'oeil de lynx des employés de l'écocentre, qui décèlent leurs possibilités de réutilisation.
« Tout est nettoyé, testé et vendu pas cher, au prix des ventes de garage... ou moins », a fait remarquer l'agente de projet, Soulianka Viens, une spécialiste du réemploi. Certains articles - dont les portes et les palettes de bois - sont même offerts gratuitement.
Bref, l'idée est d'offrir une alternative « économique et écologique » à la consommation, a résumé le maire de Granby et préfet de la Haute-Yamaska, Pascal Bonin, en soulevant la possibilité de rendre disponibles des résidus de construction réutilisables. 
Il a toutefois rappelé que cet endroit ne visait pas à prendre la place d'autres organismes voués au réemploi, mais plutôt à agir en complémentarité avec eux.
Luc Racicot du programme Ma vie en main a témoigné en ce sens. Destiné aux personnes souffrant de graves problèmes de santé mentale et qui souhaitent réintégrer la société, l'organisme leur offre un volet d'apprentissage de l'ébénisterie. Pour ses ateliers, M. Racicot s'approvisionne notamment à l'écocentre. À partir de palettes de bois ou de bois franc recyclé, par exemple, les participants fabriquent des tables, des plateaux de service, des planches à pain et d'autres créations originales. 
Chez Gestri-Sol, l'agronome Isabelle Martineau s'associe pour sa part à l'écocentre pour récupérer de vieux congélateurs horizontaux qui sont ensuite offerts aux agriculteurs pour leur permettre d'entreposer de façon sécuritaire des produits dangereux.
L'Espace du réemploi sera ouvert le jeudi, le vendredi et le samedi de 9 h à 16 h à l'écocentre de Granby. Un espace semblable existe également à l'écocentre de Waterloo.
Ateliers de compostage
Ce samedi 6 mai, toujours à l'écocentre de Granby, les personnes intéressées au compostage auront aussi l'occasion de rencontrer le spécialiste Gilles Paradis. Entre 9 h 45 et 12 h, ce dernier offrira des conseils et des trucs sur le sujet.
Un autre atelier aura lieu le samedi 13 mai, cette fois à l'écocentre de Waterloo. Dans les deux cas, il sera possible pour les résidants de la Haute-Yamaska d'acheter un composteur domestique à prix réduit. On peut consulter le www.haute-yamaska.ca pour plus de détails.