Le 10e encan muet de la Société d’histoire de Missisquoi­ a eu lieu au Centre Georges-Perron, à Bedford­, dimanche après-midi.

Un encan muet pour tous les goûts

D’une entrée pour un spa à de l’artisanat local, en passant par des billets du Canadien, ou encore des certificats-cadeaux pour un gîte, il y en avait pour tous les goûts au 10e encan muet de la Société d’histoire de Missisquoi­, qui avait lieu au Centre Georges-Perron, à Bedford­, dimanche après-midi. Cet événement de financement avait pour objectif de recueillir 10 000 $ pour l’organisme.

« C’est l’un des événements de financement les plus importants pour nous », a souligné Mona Beaulac, chargée de projets pour la Société d’histoire de Missisquoi.

Au moment de l’entrevue avec Mme Beaulac, une soixantaine d’articles avaient déjà trouvé preneur, sur plus de 300. Plus de 70 personnes déambulaient pour trouver ce qui pourrait faire leur bonheur parmi les dizaines de propositions encore disponibles.

Bénévolat

Les bénévoles du Musée Missisquoi­ sont nombreux. Ils sont plus de 50 à avoir rendu possible la tenue de cet encan, qui a lieu tous les deux ans. « Stanbridge­ East [où sont situés les bureaux de la Société d’histoire de Missisquoi­, ndlr] est très dynamique en termes de bénévolat­ », explique Mme Beaulac.

L’organisme, qui dépend principalement des subsides provincial et fédéral, doit cependant faire preuve d’initiative pour pouvoir joindre les deux bouts. « On dépend des subventions des gouvernements, mais ce n’est jamais assez », reconnaît la responsable du Musée.

Il y a deux ans, l’encan avait permis à l’organisation de recueillir environ 9000 $. Cette année, l’objectif de 10 000 $ est légèrement­ supérieur.

La somme recueillie sera investie dans le fonctionnement général de l’organisme, à la différence de la campagne postale « Coup de pouce » lancée au début du mois de novembre, dont l’objectif est de financer la réparation du magasin général (lire encadré).

En plus des visites des touristes, l’été, dans les différentes instal­lations du Musée Missisquoi, le Festival de la tarte aux pommes, vieux de 35 ans, reste l’événement annuel le plus important de l’organisation.

La Société d’histoire de Missisquoi­ se consacre à la préservation, à l’interprétation, à la diffusion et à la mise en valeur de l’histoire du comté de Missisquoi.

« On veut rendre hommage aux bâtisseurs de la région », rappelle Mona Beaulac.

De nombreuses personnes ont pris part au 10e encan muet de la Société d’histoire de Missisquoi.

Le magasin général a besoin d’amour

Début novembre, les membres du Musée Missisquoi ainsi que les résidants de Bedford et des alentours ont été sollicités par courrier pour venir en aide au magasin général Hodge, construit en 1841.

«En ce moment, la brique du magasin général est endommagée. Ça "travaille", surtout sur le bord de l’eau [où se trouve l’édifice, ndlr] et on a besoin de renforcer la structure», indique Mona Beaulac, chargée de projets au Musée Missisquoi.

«Les réparations ont pour but de préserver la qualité de l’endroit pour les touristes et les gens de la région», ajoute-t-elle.

Le Musée Missisquoi comprend trois bâtiments: le moulin Cornell (1830) et le magasin général Hodge, à Stanbridge East, et la grange Walbridge (1890) située à Mystic.