À l'arrière, de gauche à droite : le maire de Dunham Pierre Janecek, Éloi Deit, Simon Gaudreault et le député de Brome-Missisquoi Denis Paradis. À l'avant : Sébastien Gagnon et Maguy Carpentier.

Un Dunham d'art et de bières

L'artiste-peintre et conseillère municipale Maguy Carpentier et les cofondateurs de la Brasserie Dunham (Sébastien Gagnon, Simon- Gaudreault et Éloi Deit) ont chacun reçu une médaille du parlement du Canada des mains de Denis Paradis, vendredi. Il s'agit d'une première pour la région.
« Ici, dans la région, il y a un esprit de communauté fort. C'est important de le souligner en récompensant les personnalités qui font le dynamisme de notre comté. Brome-Missisquoi, c'est un pôle culturel et artistique, c'est des entrepreneurs créatifs et innovants, c'est des jeunes familles engagées et soucieuses des enjeux environnementaux. Brome-Missisquoi­, c'est des gens comme Maguy Carpentier, Éloi Deit, Simon Gaudreault­ et Sébastien Gagnon qui s'impliquent à faire de notre communauté une communauté riche et prospère. Félicitation à vous tous pour votre implication », a dit le député fédéral de Brome-Missisquoi à l'occasion­ de la remise des médailles. 
L'art au service de la ville
Maguy Carpentier, a été sélectionnée non seulement pour son implication en tant que conseillère municipale depuis les élections de novembre 2013, mais également pour sa grande contribution au développement culturel de la ville de Dunham et de l'ensemble du territoire de Brome-Missisquoi, que le député Paradis qualifie de « comté du Québec où il y a le plus d'artistes au mètre carré ». « En soulignant ton apport à la communauté, ton apport à la vie municipale, ton apport à la culture dans le comté, je juge que tu es une bonne personne pour représenter le fort milieu culturel de ce comté », l'a-t-il louangée. 
« Il y a beaucoup de relations à faire entre la politique et le domaine artistique », explique la lauréate. « Dans les deux domaines, on a des choses à dire et on est entrainé par la critique. Et on se sert de cette critique pour apporter quelque chose de nouveau, pour être plus effectif, pour créer avec ça. »
« L'art, ça peut être beau pour quelqu'un, et ne pas être beau pour un autre. C'est un peu comme ça aussi, la vie de communauté. Des choses peuvent être bonnes pour quelqu'un et mauvaises pour un autre. Il faut trouver un juste milieu », explique-t-elle.
La conseillère municipale juge que son approche de la politique est très teintée par son passé artistique. « Mon cheminement de vie est imprégné dans ma façon d'être une politicienne ». Depuis son implication au conseil municipal, le milieu culturel de la région s'est développé, notamment via la restructuration du centre d'arts. « Les artistes se font maintenant connaître dans la région. Ils ont toujours été là, mais maintenant, les gens les remarquent », se félicite­ la mère de famille. 
La brasserie qui met Dunham sur la carte
Sébastien Gagnon, Simon Gaudreault­ et Éloi Deit, copropriétaires de la Brasserie Dunham­, ont vu leur travail souligné une fois de plus, mais cette fois-ci par les gens de leur région, ce qui leur fait particulièrement chaud au coeur. « C'est le fun recevoir des médailles à l'étranger, mais c'est vraiment touchant de recevoir une distinction chez nous », a dit Sébastien Gagnon.
La Brasserie Dunham est dans le top 100 des meilleures brasseries artisanales du monde depuis 2016, et reconnue comme la meilleure brasserie artisanale non seulement du Québec, mais bien de l'ensemble du Canada (2016). « Vous mettez notre comté sur la map, pas seulement pour le Québec ou le Canada, mais bien dans le monde entier, et pour ça, nous en sommes extrêmement reconnaissants », a dit le député Paradis à l'intention des trois jeunes entrepreneurs. 
Dès la fondation de la brasserie, en 2011, la vision de Sébastien était claire : « On avait la volonté de devenir la meilleure brasserie dans le monde. »
« Maintenant, ça se passe. Nos produits sont exportés dans neuf pays à travers le monde, on est reconnus internationalement comme étant parmi les meilleurs.Et le nom de notre brasserie, c'est le nom de la ville. C'est doublement porteur pour nous. C'est un sentiment de fierté. Et si on réussit à l'étranger, il faut que ça paraisse localement », croit Sébastien. 
Justement, une nouvelle bière a été développée pour le 150e de Dunham, et sera disponible en juillet. L'étiquette de ladite bière sera signée par une artiste locale. Comme quoi l'art et l'entrepreneuriat vont de pair à Dunham. 
Pierre Janecek, maire de Dunham­, félicite haut et fort l'implication des lauréats. « Je suis fier. Nos artistes se font connaître, notre brasserie se fait connaître partout. Et je crois que Dunham est sur la bonne voie. Des beaux projets s'en viennent. »
Sept autres médailles similaires seront remises à des habitants de la région de Brome-Missisquoi au cours de l'été.