De gauche à droite, des membres de la famille Nitoslawski-Romer, Klara, Clément, Marielle, Thérèse et Marek, en compagnie de Françoise Bricault de CVS, lors d’une cérémonie soulignant ce don écologique.
De gauche à droite, des membres de la famille Nitoslawski-Romer, Klara, Clément, Marielle, Thérèse et Marek, en compagnie de Françoise Bricault de CVS, lors d’une cérémonie soulignant ce don écologique.

Un don de 13,7 hectares à Bolton-Est

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Un milieu naturel de 13,7 hectares sera protégé à perpétuité à Bolton-Est, grâce à un don de la famille Nitoslawski-Romer, propriétaire de ce terrain depuis plus d’un demi-siècle.

L’annonce, faite mercredi par les organismes Conservation des vallons de la Serpentine (CVS) et Corridor appalachien, concerne un territoire situé non loin du chemin Bellevue, en plein cœur du massif du mont Chagnon.

« Le don du terrain pour conservation est un grand cadeau à s’offrir, à offrir à la collectivité et à procurer aux générations futures », a déclaré Thérèse Romer, qui a acquis la propriété avec son mari en 1968, pour eux et leurs cinq enfants.

« Au cours du processus de protection à perpétuité, nous avons été fascinés d’en apprendre plus au sujet de la diversité écologique de la propriété, a ajouté son fils Marek Nitoslawski, qui a hérité du domaine familial avec son frère Stefan et ses sœurs Jola, Anna et Marielle, après le décès de leur père en 2012. Nous sommes heureux de savoir que notre don aura un impact significatif et immédiat sur ces espèces et contribuera à la consolidation d’un corridor écologique dans la région. »

La CVS — qui agit à titre de partenaire local de Corridor appalachien — s’est d’ailleurs réjouie de la grande valeur écologique de cet espace, de son emplacement stratégique et de la qualité de ses milieux humides et hydriques. Ces habitats sont favorables aux espèces d’amphibiens et de reptiles vulnérables ou menacées, comme la tortue des bois et la grenouille des marais.

Trente-deux espèces d’oiseaux y ont également été répertoriées, dont le bruant à gorge blanche, l’hirondelle bicolore, la paruline à collier, la paruline à gorge noire, la paruline bleue, la paruline couronnée, la paruline du Canada (espèce menacée au Canada), la paruline noir et blanc et le viréo à tête bleue, tous considérés prioritaires par le Service canadien de la faune.

Geste exemplaire

Ce don substantiel fait également le bonheur de Corridor appalachien, comme la directrice générale, Mélanie Lelièvre, n’a pas manqué de souligner. « La famille Nitoslawski-Romer pose un geste exemplaire aujourd’hui pour la nature, mais qui aura des retombées pour toujours. C’est ce qui est extraordinaire en conservation. Nous espérons que leur démarche va en inspirer d’autres à contribuer à cette vision de maintenir un grand corridor naturel sur le territoire. »

Ce geste vient d’ailleurs bonifier une superficie de 14 459 hectares déjà protégée à jamais du côté québécois des Montagnes-Vertes par son organisme.

De la Pologne au Québec

L’histoire de cette famille polonaise n’est pas banale. À leur arrivée au Canada en 1950, Mieczyslaw Nitoslawski et Thérèse Romer, rêvaient de vastes espaces en nature pour oublier les affres de la guerre. Dix-huit ans plus tard, le couple a acheté une terre d’environ 45 hectares pour permettre à la famille de profiter de l’hiver à Bolton-Est.

À la mort du patriarche, une parcelle de la propriété avait déjà été vendue, et le lot restant de 25 hectares avait été légué aux cinq enfants, qui ont plus tard solidairement décidé d’en donner quasiment les deux tiers à des fins de conservation perpétuelle.

Reconnu par le programme des Dons écologiques du gouvernement du Canada, mentionnons qu’un don comme celui de la famille Nitoslawski-Romer s’accompagne d’avantages fiscaux considérables.