Au cours des derniers mois, certains mythes propres à l’agriculture ont été déboulonnés, dont la santé des sols, les odeurs, le partage de la route et le bruit.
Au cours des derniers mois, certains mythes propres à l’agriculture ont été déboulonnés, dont la santé des sols, les odeurs, le partage de la route et le bruit.

Un dialogue réussi entre producteurs agricoles et résidents

Roxanne Caron
Roxanne Caron
La Voix de l'Est
Les intervenants liés à la campagne de sensibilisation pour une cohabitation harmonieuse en zone agricole en Montérégie dressent un bilan positif de ce projet, qui est appelé à se déployer jusqu’en octobre 2021, avec de nouvelles activités de communication.

Intitulée « Notre campagne, un milieu de vie à partager », la campagne promotionnelle a pour objectif de faciliter le dialogue entre les producteurs agricoles et les résidents de la zone agricole.

Au cours des derniers mois, certains mythes propres à l’agriculture ont été déboulonnés: la santé des sols, les odeurs, le partage de la route et le bruit.

Par l’entremise de divers outils de communication, développés et portés par le réseau des municipalités, il a été possible de déboulonner les croyances, d’atténuer les contrariétés et d’aborder les enjeux liés au travail agricole.

« Ces nombreux messages ont été diffusés par l’ensemble des partenaires impliqués dans le projet à travers différentes plateformes, permettant de rejoindre un grand nombre d’abonnés. Les retombées sont positives grâce à plusieurs publications parues dans l’actualité », indique-t-on dans un communiqué de presse.

Suivront dans les prochains mois, les sujets de l’eau et des pesticides.

« Résider dans un milieu agricole nécessite parfois de la patience, mais l’agriculture locale nous garantit un approvisionnement en quantité suffisante de produits frais et de qualité supérieure », a souligné Jérémie Letellier, président de l’UPA de la Montérégie.

Sensibiliser à un jeune âge

La sensibilisation entourant les enjeux liés au monde agricole passe aussi par les enfants. Pas moins 700 d’entre eux ont participé à 36 animations réalisées dans des camps de jour de 27 municipalités de la Montérégie au cours de l’été, le tout dans le respect des mesures sanitaires.

Rappelons que l’initiative est le fruit d’une collaboration inouïe entre 13 MRC montérégiennes — dont les MRC de la Haute-Yamaska, de Brome-Missisquoi, de Rouville et d’Acton — avec la Fédération de l’UPA de la Montérégie, l’agglomération de Longueuil et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). La contribution financière de ces partenaires atteint 400 000 $ pour les deux ans du projet.