Le «parcours de concomitance» permet à de nombreux élèves, dont Camille-Olivier Lévesque, Nicolas Archambault et Brandon Daigneault, de terminer leurs études secondaires tout en obtenant un diplôme d’études professionnelles­.

Un DES-DEP offert à tous

Dans un souci d’augmenter la motivation des élèves et son taux de diplomation, Val-des-Cerfs élargit l’accès à la formation professionnelle en même temps que les études secondaires, aussi appelé « parcours de concomitance ».

Jadis réservé à certains élèves ciblés, ce type de programme baptisé « Mon secondaire FP » est maintenant disponible à tous ceux qui respectent les conditions d’admission, a annoncé la commission scolaire en conférence de presse, mardi, au Campus Brome-­Missisquoi (CBM) de Cowansville.

« C’est pas une voie de garage, mais une voie de formation motivante », a indiqué la directrice de la formation professionnelle au CBM, Liette Béchard.

Elle permet de garder à l’école des élèves qui, autrement, verraient peu d’intérêt dans l’obtention d’un diplôme d’études secondaires (DES) contrairement à un diplôme d’études professionnelles (DEP).

Avec le parcours de concomitance, ils peuvent — moyennant quelques mois supplémentaires — obtenir ces deux diplômes en suivant une formation professionnelle trois jours par semaine et, les deux autres jours, se concentrer sur les matières de base du secondaire que sont le français, l’anglais et les mathématiques.

« L’élève, et c’est souvent des garçons, donne un sens aux raisons pour lesquelles il va à l’école », dit Mme Béchard.

Témoignages

Tous les cours en formation professionnelle au CBM tels que boucherie, coiffure et mécanique industrielle peuvent être suivis en concomitance, ainsi que certains programmes offerts au Centre régional intégré de formation (CRIF), à Granby.

« Je voyais l’école comme une perte de temps », raconte Nicolas Archambault, un élève qui termine son secondaire tout en complétant un DEP en soudage-­montage. Il est devenu « plus motivé que jamais » grâce au parcours de concomitance.

« Je ne me lève plus à reculons le matin. Je ne pouvais pas demander mieux ! »

Brandon Daigneault avait lui aussi des difficultés à l’école, et depuis qu’il est au CBM, ses notes ont augmenté. « Je vais finir mes études avec deux atouts », dit-il.

Terminer son secondaire tout en commençant un DEP en coiffure a également très bien fonctionné pour Camille-Olivier Lévesque. « Ça a été la meilleure chose que j’aurais pu faire ! »

Main-d’œuvre

La décision d’élargir l’accès à la formation concomitante n’est pas étrangère au fait que les centres de formation professionnelle peinent souvent à remplir leurs classes, reconnaît Mme Béchard. Ils veulent aussi attirer une clientèle plus jeune. Rien n’empêche les élèves, non plus, de poursuivre leur formation au cégep.

Val-des-Cerfs veut aussi réduire la pénurie de main-d’œuvre qui touche plusieurs métiers. Elle rappelle que la formation professionnelle mène à des métiers bien rémunérés où le taux de placement avoisine 100 %.

« Pour les parents, le monde professionnel est un peu une inconnue, dit Christian Lacourse, directeur de l’école secondaire Joseph-Hermas-Leclerc. On veut démystifier ça. C’est une autre porte pour les jeunes. C’est pas que pour les élèves en difficulté. »