Une cimenterie de Joliette récupère les plastiques agricoles pour les transformer en énergie.
Une cimenterie de Joliette récupère les plastiques agricoles pour les transformer en énergie.

Un débouché pour les plastiques agricoles de Brome-Missisquoi

Les agriculteurs de Brome-Missisquoi pourront enfin récupérer les plastiques agricoles utilisés pour emballer leur foin. La MRC travaille de concert avec l’organisme AgriRÉCUP pour offrir un débouché pour ces sacs, qui sont peu ou pas recyclés au Québec. Ces plastiques seront utilisés comme source d’énergie pour une cimenterie.

Le projet de récupération de plastiques agricoles a débuté l’an dernier dans la MRC des Maskoutains. Cette année, AgriRÉCUP déploie le projet dans quatre autres municipalités régionales de comté, dont celle de Brome-Missisquoi.

« Tout l’hiver et une partie du printemps dernier, on a fait un diagnostic auprès de trente agriculteurs de différents secteurs de Brome-Missisquoi pour mieux connaître les quantités à valoriser, explique Oriana Familiar, coordonnatrice du service de gestion environnementale au CLD Brome-Missisquoi. Et cette étude-là nous a permis de mieux identifier les besoins pour ensuite lancer une vraie collecte de plastiques agricoles. »

L’équipe se doutait déjà que la problématique majeure concernait les fameux sacs qui permettent de transformer les balles de foins en grosse guimauve.

« C’est la matière la plus problématique parce que les agriculteurs abandonnent de plus en plus l’utilisation des silos, comme à l’époque. C’est une question d’efficacité parce que c’est plus facile et rapide d’utiliser les fameux sacs de foin. »

La clé, le ciment

AgriRÉCUP fait affaire avec une cimenterie à Joliette pour transformer les plastiques agricoles. La cimenterie brûle ces plastiques et la chaleur produite est utilisée comme source d’énergie. « S’il reste des cendres, elles vont être incorporées dans la recette pour faire du béton, ajoute Mme Familiar. Alors il ne reste vraiment plus rien. »

Quant à la fumée provenant du brûlage, elle assure que la cimenterie est équipée de filtres qui permettent d’éviter que le plastique brûlé ne produise une pollution atmosphérique.

« Pour l’instant, c’est le débouché qu’AgriRÉCUP nous a trouvé, mais ça ne veut pas dire qu’on n’est pas à la recherche d’autres débouchés, comme pour les recycler plus localement, ou que ça revienne aux fermes. Au moins, pour l’instant, on a ce débouché-là. »

Début lundi

Les trente agriculteurs qui ont participé à l’étude pourront commencer à aller déposer leurs plastiques agricoles dans l’un des trois points de dépôts dans la MRC, soit à la Régie intermunicipale de gestion des matières résiduelles de Brome-Missisquoi (RIGMRBM) à Cowansville, chez BMR à Sutton et chez JLD-Laguë à Pike River.

Les autres agriculteurs y auront déjà accès, mais comme le programme n’était pas annoncé, il est peu probable qu’ils aient accumulé les sacs de foin, selon Mme Familiar.

Les agriculteurs sont invités à les entreposer dans un sac spécialement conçu pour cette collecte et à aller porter leur chargement gratuitement lorsqu’il y en a assez.

La MRC assure ensuite le transport vers la cimenterie de Joliette.

AgriRÉCUP espère offrir ce débouché partout au Québec, mais il s’agit d’un projet de longue haleine.