Les techniciens du service de l'identité judiciaire de la Sûreté du Québec avaient prélevé de l'ADN appartenant au braqueur sur les lieux du crime, ce qui a permis de résoudre cette affaire plus d'un an après les faits.

Un crime résolu grâce à l'ADN

Un braquage commis dans un dépanneur de Granby il y a un an et demi a été résolu grâce à l'ADN prélevé sur la scène de crime. Un individu de 56 ans, André Bessette, a été arrêté par les policiers et fait maintenant face à la justice.
Un quinquagénaire était débarqué à la station-service Esso de la rue Denison Est, le soir du 24 juin 2014. Armé d'un couteau et le visage dissimulé sous une cagoule, il s'était emparé du contenu du tiroir-caisse avant de prendre la fuite.
Le ratissage du secteur effectué par les policiers de Granby s'était avéré infructueux. Un maître-chien de la Sûreté du Québec avait également participé aux recherches, mais sans toutefois parvenir à retracer le suspect à ce moment-là.
Des techniciens du service de l'identité judiciaire de la SQ avaient participé à l'enquête. Ils s'étaient notamment rendus sur les lieux du crime où de l'ADN appartenant au braqueur avait été prélevé, explique Guy Rousseau, porte-parole du Service de police de Granby.
Cette preuve a été celle qui a permis de résoudre l'affaire. Un Granbyen de 56 ans, André Bessette, a été accusé de vol, de port de déguisement et de port d'une arme dans un dessein dangereux, la semaine dernière, au palais de justice de Granby. Son arrestation remonte à l'automne dernier.
L'individu est actuellement détenu dans un centre de désintoxication. Il doit revenir au tribunal le 14 mars.