La piscine Miner pourra rouvrir prochainement, mais sa démolition n’en est pas moins à l’ordre du jour à l’automne, soit lorsque le nouveau centre aquatique de la rue Léon-Harmel sera opérationnel.
La piscine Miner pourra rouvrir prochainement, mais sa démolition n’en est pas moins à l’ordre du jour à l’automne, soit lorsque le nouveau centre aquatique de la rue Léon-Harmel sera opérationnel.

Un contrat accordé pour démolir la piscine Miner

La piscine Miner à Granby pourra rouvrir prochainement. Mais sa démolition est toujours à l’ordre du jour à l’automne, soit après l’ouverture du nouveau centre aquatique.

Un contrat pour la démolition et la décontamination de la piscine Miner a été octroyé lors de la dernière séance du conseil municipal. L’entreprise Bertrand Ostiguy de Shefford s’est révélé le plus bas soumissionnaire et a obtenu le mandat, au coût de 317 331 $.

L’appel d’offres a été populaire: 11 entreprises se sont procuré les documents et sept soumissions ont été reçues. La plus élevée, déposée par Construction Blanchard et Frères, présentait des coûts de 1,2 million $.

Ce n’est toutefois pas avant le mois de novembre que le bâtiment sera appelé à disparaître du paysage de la rue du Parc, affirme le maire, Pascal Bonin.

Selon lui, une période de transition est prévue alors que le nouveau centre aquatique, en construction au cours des deux dernières années rue Léon-Harmel, devrait ouvrir en septembre.

Pour l’heure, la piscine Miner, fermée depuis la mi-mars, s’active néanmoins à sa réouverture. L’administration municipale en précisera les détails à la fin de la semaine, à l’occasion de sa communication hebdomadaire, a annoncé mercredi l’équipe de la division aquatique sur la page Facebook de la piscine, dans la foulée de l’annonce du gouvernement Legault.

Période de rodage

Avant son ouverture officielle, une période de rodage avec des baigneurs sera par ailleurs réalisée au nouveau centre aquatique afin de tester de façon graduelle l’ensemble des nouvelles installations, affirme le maire.

La mise sur pause du chantier du centre aquatique à la mi-mars, en raison de la pandémie, a retardé la réalisation des derniers travaux et la mise en route des bassins, avait confirmé en avril dernier le directeur du bureau de projets à la Ville de Granby, Daniel Surprenant.

Plus gros projet dans l’histoire de la Ville, la construction du centre aquatique entraîne des coûts estimés à 33 millions $. Les gouvernements provincial et fédéral y vont d’une contribution conjointe de 20,5 millions $. L’endroit porte le nom de Desjardins en vertu d’un partenariat de 500 000 $ sur 10 ans conclu avec la Ville.

Contesté par certains citoyens, le projet de démolition de la piscine Miner, dont les installations ont atteint leur fin de vie utile, selon l’administration municipale, était par ailleurs déjà prévu. Une enveloppe de 500 000 $ a été réservée dans le budget 2020 pour ces travaux.

Le site laissé vacant par la démolition de l’immeuble devrait être utilisé, de façon temporaire, lors de la première phase du projet de réaménagement du centre-ville, en 2021. «On va faire du stationnement temporaire à cet endroit-là pour les travailleurs et les commerçants. Il pourrait aussi y avoir des matériaux», a déjà précisé Daniel Surprenant.

La vocation à long terme du site de la piscine Miner, situé près du parc du même nom, n’a toutefois pas encore été détaillée par le conseil municipal.