Marie-Ève Parent, Michel Brunelle, René Parent et Alex Nevsky

Un concert signé Alex Nevsky pour lutter contre le Parkinson

Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ont perdu les clés du bonheur. Leurs cellules produisant la dopamine, l’hormone liée à la sensation de bien-être, ne fonctionnent plus. Qu’à cela ne tienne, Alex Nevsky et sa sœur Marie-Ève Parent, en véritables serruriers de la joie, s’emploient à combler ces manques avec lesquels leur père doit composer au quotidien. En commençant par la tenue d’un deuxième concert rassemblant près d’une dizaine d’artistes de renom, au profit de l’organisme Parkinson Québec Haute-Yamaska.

Tout un party attend les chanceux qui participeront au concert-bénéfice, le mardi 30 avril. Une pluie de vedettes tomberont alors sur le Palace de Granby, toutes ayant répondu bénévolement à l’invitation de leur ami Alex Nevsky pour lutter contre la maladie de Parkinson. Patrice Michaud, Yann Perreau, Beyries partageront la scène avec Marc Dupré, L’Isle - Ariane Brunet, Lydia Képinski et Édouard Lagacé. Julien Lacroix et Phil Roy ajouteront une touche d’humour à cette soirée animée par Alex Nevsky et sa conjointe, l’animatrice Vanessa Pilon.

« Réunir autant d’artistes pour un même spectacle à Granby, c’est plutôt rare », souligne le coach de l’émission La Voix, ajoutant que c’est le « dernier sprint » pour se procurer des billets.

Voir les choses autrement

Le spectacle n’est pas la seule source de bonheur que ses artisans souhaitent prescrire aux malades. Marie-Ève Parent, coach de vie et en nutrition, regorge d’idées pour améliorer le sort des membres du groupe Parkinson Haute-Yamaska. « Je suis en train de préparer des ateliers pour les gens atteints par la maladie », dit-elle en essuyant une larme, alors que son père est assis en face d’elle. « Ça me touche. »

Au moyen de techniques de « pleine conscience », de pensée positive et créatrice, elle souhaite leur faire oublier la maladie et les éloigner de la dépression, conséquence du manque de dopamine. « J’ai rencontré des gens qui ont comme ça guéri de maladies dégénératives, indique Mme Parent, qui s’inspire notamment d’une amie œuvrant dans le domaine des neurosciences. Ça me donne de l’espoir pour les sortir de là. J’y crois vraiment. »

De l’aide, les 25 000 Québécois souffrant de cette maladie, selon Parkinson Québec, en ont besoin. « Quand on est atteint d’une telle maladie, tout est difficile, précise-t-elle. Changer son alimentation, par exemple, demande des efforts, c’est lourd pour eux. »

La sœur d’Alex Nevsky souhaite les accompagner pour leur faire voir les choses différemment. « En changeant nos pensées limitatives, on est capable d’améliorer notre condition physique. Cela fonctionne et je veux leur donner des outils à travers la méditation, la respiration. »

« La même pilule depuis 40 ans »

René Parent, père de trois enfants, dont Alex et Marie-Ève, sait ce qui lui fait du bien. « Je marche trois quarts d’heure à chaque jour », dit-il de la voix éteinte caractéristique des parkinsoniens. Il prend des médicaments aussi, depuis qu’il a reçu le diagnostic de la maladie il y a sept ans.

Fatigue chronique, difficulté à écrire, perte de la motricité fine, raideurs généralisées... « Le Parkinson s’accompagne d’une constellation de symptômes », résume Alex. 

Michel Brunelle, présent lors de la rencontre tenue au Loupiot à Granby, souffre aussi de la maladie depuis sept ans, alors qu’il est âgé de 57 ans. « Ce que je trouve le plus difficile, c’est la fatigue », illustre le membre du groupe Parkinson Haute-Yamaska — un comité rattaché à Parkinson Québec.

Il n’existe pas aujourd’hui de remède miracle. « C’est la même pilule depuis 40 ans », image René Parent. Heureusement, il peut compter sur Louise Catudal, sa conjointe, qui l’accompagne au quotidien. « Il ne pourrait pas habiter seul », dit Alex.

De l’aide pour bouger 

Alex Nevsky souhaite alléger le fardeau qui pèse sur les épaules des membres du groupe Parkinson Haute-Yamaska qui, en plus de combattre la maladie, se démènent pour trouver de l’argent. « On veut utiliser l’argent récolté [NDLR : 20 000 $ ont été remis au groupe grâce au concert de l’année passée] pour leur enlever le stress de trouver du financement », indique-t-il.

Le chanteur veut également tisser des liens avec d’autres comités Parkinson au Québec, afin de « faire circuler les bonnes idées » et proposer de nouveaux services aux membres de la région. Au lieu de courir après les dollars, les personnes malades pourraient alors faire de la boxe, une activité déjà offerte à Sherbrooke, ou apprendre l’improvisation, par exemple. 

L’argent du concert permettrait ensuite de recruter un coordonnateur pour le groupe Parkinson Haute-Yamaska, à raison d’un ou deux jours par semaine, comme c’est le cas ailleurs au Québec. « Le but ultime de l’argent récolté, dit Alex Nevsky en s’adressant à Michel et René, c’est que vous puissiez en profiter plutôt que de dépenser de l’énergie quand vous n’en avez pas. Assurer une coordination vous ferait un bien immense, plutôt que de stresser à vendre des billets. »

Selon l’Association québécoise des neuropsychologues, la maladie de Parkinson est le désordre neurodégénératif progressif et chronique le plus commun après la maladie d’Alzheimer, touchant jusqu’à 1 % de la population âgée de plus de 60 ans. La maladie survient en moyenne entre l’âge de 55 et 65 ans, mais jusqu’à 10 % des personnes atteintes auraient démontré des symptômes avant l’âge de 40 ans. La cause de cette maladie demeure inconnue.

Le concert-bénéfice a lieu le mardi 30 avril, à 20 h, au Palace. Les billets sont à 60 $, et à 150 $ au parterre. Les billets du cocktail VIP se détaillent à 90 $ pour les adultes, 50 $ pour les 13-17 ans, et sont gratuits pour les 12 ans et moins. Achat et informations directement auprès de Marie-Ève Parent, au 450 558-3325.

AUX PREMIÈRES LOGES

Le succès financier de cet événement de soutien aux malades de Parkinson tient beaucoup à l’engagement des entreprises de la région. 

Elles peuvent prendre part au cocktail dînatoire, tenu au club de golf Granby Saint-Paul, notamment dans le cadre de forfaits VIP. «C’est ça qui nous donne le plus de sous», reconnaissent simplement Alex Nevsky et sa soeur Marie-Ève Parent.

Édouard Lagacé chantera à cette occasion. «Les artistes prendront des photos avec les gens; c’est vraiment l’endroit où tu peux rencontrer Pat’ Michaud, Marc Dupré, un mardi soir à Granby», assure Alex Nevsky.

Plusieurs entrepreneurs ont déjà répondu présents, mais il reste encore des places, insiste la fratrie organisatrice, dont le père René souffre de la maladie.

Les forfaits VIP à 500$ ou 1000$ donnent droit à une prestation intime d’Alex Nevsky avant le début du spectacle, et à deux ou quatre billets pour le cocktail VIP. La plupart des artistes y seront présents et les bouchées proviendront de restaurateurs et producteurs locaux, parmi lesquels Le Esmond, C’est Belge, Bonne bouffe, le vignoble La Bauge et Cidrerie Milton. Détails et réservation auprès de Marie-Ève Parent