Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
C’est une employée de l’Hôpital de Granby, Amélie Dufour-Choquette, qui a proposé à la PME granbyenne de concevoir un modèle de chandail dont les profits pourraient financer des initiatives de soutien en santé mentale pour les travailleurs de la santé.
C’est une employée de l’Hôpital de Granby, Amélie Dufour-Choquette, qui a proposé à la PME granbyenne de concevoir un modèle de chandail dont les profits pourraient financer des initiatives de soutien en santé mentale pour les travailleurs de la santé.

Un chandail en soutien aux employés de l'hôpital de Granby

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Au-delà de notre apparence, l’état de notre santé mentale est parfois invisible. Pour soutenir ceux qui sont là pour aider les autres, mais dont on oublie parfois qu’ils sont aussi humains, la marque de vêtements granbyenne KOOL Apparel vient tout de lancer un chandail dont la vente servira à épauler nos anges gardiens.

C’est une employée de l’Hôpital de Granby qui a proposé à la PME granbyenne de concevoir un modèle de chandail dont les profits pourraient financer, via la Fondation du Centre hospitalier de Granby, l’aménagement d’une salle de repos ou de méditation destinée aux travailleurs de l’établissement, durement affectés par la surcharge de travail entraînée par la pandémie.

« Pendant la deuxième vague, j’ai senti sur le plancher une forme de fatigue chez mes collègues. C’est comme si on ne voyait pas le bout [de la crise], relate Amélie Dufour-Choquette. On met beaucoup d’efforts à aider les autres et on se met de la pression pour rester forts, mais on a aussi tendance à s’oublier nous-mêmes. Nous devons prendre du temps pour nous et prendre soin de notre santé mentale. Il faut s’aider d’abord avant d’aider les autres. »

L’idée d’une aire de détente a rapidement germé dans l’esprit de la dame comme une manière de permettre à ses collègues et à elle-même de décrocher, de reprendre le dessus, ne serait-ce que quelques minutes, quand la pression se fait ressentir.

Pour sa part, le chandail vise à créer un mouvement de solidarité entre les différents employés de l’hôpital afin qu’ils se soutiennent les uns les autres, mais aussi qu’ils se rappellent qu’ils ne sont pas des machines. « Je voulais quelque chose de visuel pour qu’on puisse le porter sur notre lieu de travail et pour se rappeler qu’on a le droit, nous aussi, de vivre nos émotions en lien avec la pandémie et l’incertitude de l’avenir », relève Mme Dufour-Choquette.

Interpellés par la cause, les fondateurs de KOOL Apparel ont accepté sans hésiter de s’allier à la jeune femme. « Les membres du personnel de la santé ont un super-cœur et sont de véritables superhéros, a souligné Juan Rincon. Ils sont dévoués alors même qu’ils œuvrent dans un système fragilisé et en crise. Mais il est aussi impératif de se rappeler qu’au fond, nous sommes tous dans le même bateau, que nous sommes tous épuisés et qu’en réalité, il ne nous reste que le soutien, la résilience et l’entraide [pour passer à travers]. »

« Le personnel de la santé n’est pas différent de nous tous. Il est très ironique que les gens qui nous soignent ne soient pas en mesure de s’aider eux-mêmes, par manque de temps ou par trop grande fatigue. Nous sommes tous humains. Nous avons tous besoin de repos et de prendre soin de notre santé mentale et physique, et ceci inclut le personnel de la santé », a renchéri son partenaire d’affaires Samuel Choquette.

Les chandails sont en pré-commande sur le site web www.koolapparel.ca jusqu’au 26 mars et la livraison se fera vers la fin avril.

Prendre le temps de prendre soin de soi

Est né de cette collaboration le modèle « Humain ». « Il symbolise union, force et soutien. Les abeilles font référence à leur infatigable travail pour soutenir la ruche, le système de santé », souligne M. Rincon.

Orné du mot « humain » à la poitrine, puis de la mention « Et toi? » dans le dos, le vêtement vise à rappeler à celui ou celle qui le porte son humanité dans toute sa vulnérabilité, mais aussi de prendre du temps pour prendre soin de sa personne et de sa santé mentale, explique son idéatrice.

« Cette initiative correspond tout à fait aux valeurs de notre entreprise, alors qu’on veut sensibiliser les gens à la santé mentale, rappelle M. Choquette. On a choisi le concept du vêtement, car beaucoup de gens s’habillent pour avoir l’air de quelqu’un à son meilleur, alors qu’en dedans, ils ne vont pas toujours bien. On veut du même coup souligner que les travailleurs de la santé ont attaqué la pandémie de front, sans regarder en arrière, sans se questionner sur leurs besoins individuels ou bien les peurs et les insécurités que la situation leur a imposées. »

Les chandails sont en précommande sur le site web jusqu’au 26 mars et la livraison se fera vers la fin avril. KOOL Apparel ne se fixe pas d’objectif. « On espère seulement en vendre le plus possible pour la cause », mentionne M. Choquette.

Les campagnes précédentes, réalisées au profit du Mouvement santé mentale Québec et Suicide Action Montréal avaient permis de vendre, en moyenne, entre 100 et 200 chandails. À titre d’exemple, 150 morceaux ont été vendus dans le cadre de la campagne de soutien au Mouvement de la santé mentale Québec, en mai 2020; cela s’est traduit par un don de 3500$ à la cause.

Mercredi, Mme Dufour-Choquette s’est promenée de département en département au centre hospitalier afin de faire connaître son projet. Déjà, témoigne-t-elle, un engouement se fait ressentir pour cette vague d’amour que s’offriront eux-mêmes les travailleurs du milieu de santé.

La directrice de la Fondation du CHG, Suzanne Surette, est pour sa part soufflée par l’initiative. « Ça me touche profondément, affirme-t-elle. Déjà, les employés avec la charge de travail, de prendre le temps de mettre sur pied quelque chose pour sensibiliser ses collègues, c’est extraordinaire. Ça nous rappelle qu’on doit conserver l’équilibre et qu’on ne doit pas négliger ce qui est bon pour nous. »