Tommy Carmel et Pascal Rodrigue planchent depuis un an sur l’ouverture d’un centre d’escalade intérieur à Granby. En principe, ils devraient pouvoir accueillir leurs premiers grimpeurs cet hiver.

Un centre d’escalade de bloc verra le jour à Granby

Granby aura bientôt un centre d’escalade de bloc. Pascal­ Rodrigue et Tommy Carmel­ planchent depuis environ un an sur ce projet qui entraînera un investissement­ de près de 500 000 $.

Le duo n’est plus très loin du but. Si tout se déroule comme prévu, les entrepreneurs devraient obtenir d’ici quelques semaines les permis municipaux nécessaires. Les travaux pour aménager le vaste local qu’ils ont loué pourront ainsi commencer au début janvier, ont-ils expliqué lundi à La Voix de l’Est

Le local sur lequel ils ont jeté leur dévolu est situé à l’arrière de l’immeuble où loge entre autres le commerce Economax, rue Dufferin­. L’ouverture du centre d’escalade intérieur, baptisé O’Bloc Escalade, est prévue cet hiver. Un accès latéral à l’immeuble sera aménagé.

« On a très hâte parce que ça fait environ un an qu’on attend ce moment-là », a laissé tomber Tommy­ Carmel. « C’est une activité qui gagne à être découverte. Les gens de Granby­ vont aimer ça. On sait que la passion va se transmettre facilement », renchérit­ Pascal­ Rodrigue. 

Pour les néophytes, l’escalade de bloc diffère de l’escalade dite de voies. Cette dernière nécessite le port d’un harnais, l’utilisation de cordes et la présence d’un partenaire pour assurer le grimpeur. A contrario, l’escalade de bloc ne nécessite rien de particulier, mis à part des souliers appropriés. Des matelas sont disposés au sol pour accueillir le grimpeur au terme de ses manœuvres et en cas de chute. 

L’aménagement de voies d’escalade demande un local qui offre de la hauteur, mais ce n’est pas le cas pour l’escalade de bloc. O’Bloc Escalade offrira pour sa part quelque 2700 pieds carrés de superficie « de murs grimpables », d’une hauteur maximale de 16 pieds, précise­ Pascal Rodrigue. 

La piqûre 

Natif de Saint-Paul-d’Abbotsford, Pascal Rodrigue a eu la piqûre de l’escalade de bloc il y a près de 10 ans, durant ses études de physiothérapie à Montréal. À son retour dans la région, il devait se rendre à Sherbrooke ou à Montréal pour s’adonner à sa passion­, fait-il valoir. 

Il y a bien un centre d’escalade intérieur à Granby, Plein d’air, mais il permet plutôt l’escalade de voies, qui a aussi ses adeptes.

L’escalade gagne à ce point en popularité qu’elle sera l’une des disciplines des Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Pascal Rodrigue y a ainsi vu une opportunité d’ouvrir un centre intérieur à Granby. 

Initié pour sa part à ce sport il y a trois ou quatre ans, Tommy Carmel, ex-copropriétaire du restaurant Au Coq d’Ange-­Gardien, racheté par Benny & Co, se consacrera à 100 % à O’Bloc Escalade, alors que Pascal Rodrigue devra concilier sa nouvelle entreprise avec son travail de physiothérapeute.

Entraide 

« C’est un sport individuel. C’est nous contre le mur. Mais il y a beaucoup d’entraide entre les grimpeurs. Ceux qui sont au sol donnent souvent des conseils sur les prises et les chemins qui auraient pu être essayés », note Pascal Rodrigue. 

Lui et son partenaire d’affaires soulignent que le sport est accessible à tous. Ils ont d’ailleurs bien l’intention de recevoir des groupes scolaires et des camps de jour. 

Les sportifs aguerris y verront un entraînement complet du haut du corps, souligne le physiothérapeute. « Ça travaille la stabilité, la force, l’endurance », souligne-t-il. 

L’expertise de l’entreprise montréalaise On site a été mise à profit pour l’élaboration du design intérieur et la conception des murs. Un coin restauration où seront servis cafés et smoothies est prévu dans le projet. 

Le local étant très vaste, un autre espace dédié à l’entraînement pourrait être aménagé, avancent les copropriétaires.

« On passe beaucoup d’heures sur le projet, mais ça en vaut le coup », est convaincu Pascal Rodrigue.