Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les élus de Granby ont adopté une résolution lundi soir, à l’occasion d’une séance du conseil tenue en visioconférence, pour demander au CIUSSS de l’Estrie d’ouvrir un centre de vaccination sur le territoire «dans les plus brefs délais».
Les élus de Granby ont adopté une résolution lundi soir, à l’occasion d’une séance du conseil tenue en visioconférence, pour demander au CIUSSS de l’Estrie d’ouvrir un centre de vaccination sur le territoire «dans les plus brefs délais».

Un centre de vaccination réclamé à Granby

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Les Granbyens ne devraient pas avoir à se rendre à Sherbrooke pour se faire vacciner contre la COVID-19, selon les élus municipaux. Ils ont adopté une résolution lundi soir pour demander au CIUSSS de l’Estrie d’ouvrir un centre de vaccination sur le territoire «dans les plus brefs délais».

Le sujet n’était pas à priori à l’ordre du jour, mais il a été ajouté dans les affaires nouvelles au début de la séance du conseil municipal.

«Quand on va commencer à vacciner la population de l’Estrie, il va falloir qu’il y ait un centre à Granby et pas seulement un à Sherbrooke pour toute la région», a fait valoir le maire Pascal Bonin à l’occasion de la mêlée de presse tenue au terme de la dernière séance du conseil de 2020.

Celui-ci souligne l’exemple de la Montérégie, où deux centres seront ouverts; l’un à Brossard et l’autre à Saint-Hyacinthe.

Le maire Bonin dit cependant être conscient qu’à court terme le nombre de doses disponibles du vaccin demeure limité. Aussi, les travailleurs de la santé seront vaccinés en premier.

Reste que l’inquiétude est bien présente au sein de la population, selon Pascal Bonin. «On s’en fait parler par les citoyens de la lenteur avec laquelle le centre de dépistage [sans rendez-vous] est arrivé. (...) Mais je demeure optimiste. Je pense qu’avec la sévérité avec laquelle on s’est fait toucher dans les dernières semaines, particulièrement dans les résidences pour personnes âgées, il va y avoir une réaction forte du CIUSSS de l’Estrie. En tout cas, je le souhaite», déclare-t-il.

Donner un «break»

«Je ne partirai pas en guerre et en peur tout de suite», ajoute le maire. Pascal Bonin affirme qu’il évaluera la situation à son retour de la période des Fêtes.

Le centre de dépistage avec des plages horaires sans rendez-vous a ouvert ses portes le 14 décembre à Granby.

«Quand quelqu’un crie trop souvent, on ne l’entend plus. Je ne veux pas faire ça. Je veux aussi donner un break aux gens du CIUSSS. Ils m’ont beaucoup entendu cette année», laisse-t-il tomber en faisant allusion aux sorties médiatiques parfois musclées qu’il a réalisées au cours des derniers mois pour réclamer l’ouverture d’un centre de dépistage avec des plages horaires sans rendez-vous à Granby.

Ce dernier a ouvert ses portes le 14 décembre dernier au 574 rue Principale. Au cours de l’automne, seul un point de service avec rendez-vous était accessible du lundi au vendredi. Sinon, les Granbyens devaient se rendre à Bromont, où un centre de dépistage sans rendez-vous est ouvert sept jours sur sept.

Complexe

Pascal Bonin dit par ailleurs être très conscient que la vaccination est une opération complexe à organiser.

Le maire affirme que la résolution a néanmoins pour but de passer le message au CIUSSS qu’il sera «inadmissible et inacceptable de faire voyager les citoyens de la municipalité de Granby à Sherbrooke. (...) En plein hiver à part ça.»

Pour l’heure, la Ville est en contact avec le CIUSSS, selon Pascal Bonin, mais aucune demande n’a été adressée à l’administration municipale pour un site de vaccination potentiel.

«C’est normal d’être inquiet quand ça prend neuf mois ouvrir un centre de dépistage sans rendez-vous. On ne veut certainement pas se faire jouer le tour de le voir dans une ville voisine alors qu’on a 70 000 habitants chez-nous», conclut-il.