On voit ici une esquisse de la future usine de biométhanisation que Bähler projette d’implanter à l’angle du chemin d’Adamsville et du boulevard de l’Aéroport.
On voit ici une esquisse de la future usine de biométhanisation que Bähler projette d’implanter à l’angle du chemin d’Adamsville et du boulevard de l’Aéroport.

Un centre de biométhanisation dans les cartons à Bromont

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Bromont pourrait faire un pas de géant afin d’atteindre les cibles de son plan de développement durable en accueillant une usine de biométhanisation dans son parc scientifique. Le projet, estimé à 28 millions de dollars, permettrait de détourner annuellement 45 000 tonnes de matières organiques de l’enfouissement. La mise en service du centre est prévue pour 2022.

Bähler biogaz, une entreprise de Sherbrooke, travaille sur le projet d’implantation d’un centre de biométhanisation dans la région depuis plus d’un an. Bromont s’est avéré l’endroit tout indiqué.

« La localisation près de l’autoroute est idéale pour nous. On a aussi accès à une grande quantité de matière à récupérer. Et le point principal est que nous avons trouvé un site attenant à une conduite principale du réseau d’Énergir, dans lequel nous pourrons injecter le gaz naturel produit dans l’usine », a fait valoir le directeur des stratégies de développement chez Bähler, Pierre Pilon.

L’endroit choisi pour implanter le centre de traitement des matières organiques est situé à l’angle du chemin d’Adamsville et du boulevard de l’Aéroport. Le maire de Bromont, Louis Villeneuve, voit d’un très bon oeil l’arrivée prochaine d’une telle entreprise sur le territoire.

« C’est un projet vert très intéressant. On parle de revaloriser des matières qui iraient potentiellement au dépotoir. Ça cadre parfaitement avec notre vision du développement durable. Vraiment, je suis très fier qu’on puisse avoir un centre comme celui-là à Bromont. En plus des investissements dans des équipements de pointe, ça générera des emplois ici. »

À ce chapitre, Bähler compte embaucher une douzaine de personnes dans la foulée du lancement des opérations.

Si tout se déroule comme prévu, la mise en service des installations aura lieu au second trimestre de 2022. Les travaux devraient commencer sur le vaste site d’ici quelques semaines et s’échelonneront sur 14 mois.

Trois partenaires investisseurs chapeautent le projet avec le promoteur. Bähler ne peut toutefois pas les divulguer pour le moment en raison d’une entente de confidentialité, a spécifié le représentant de l’entreprise.

Deux volets

La biométhanisation est un processus de décomposition biologique contrôlé. Celui-ci génère du biogaz, qui est ensuite converti en énergie. Dans le cas de l’usine de Bähler, les 45 000 tonnes de matières organiques produiront du biométhane dans deux réservoirs totalement hermétiques, donc sans odeurs, qui sera transformé en gaz naturel.

L’entreprise estime qu’elle pourra ainsi injecter près de 3,7 millions de mètres cubes de gaz naturel dans le réseau d’Énergir via une conduite principale.

Les matières résiduelles proviendront notamment des industries, commerces et institutions de la région. Mais la revalorisation ne s’arrête pas là. En effet, du processus de biométhanisation découle un résidu solide, que l’on appelle le digestat. Ce dernier sera prétraité, notamment par pasteurisation.

Des pourparlers sont en cours pour que cette matière, dépourvue d’agents nocifs, soit épandue dans la région.

Par ailleurs, une série de certifications strictes, entre autres du ministère de l’Environnement, sont préalables au lancement des opérations de l’usine.

Dans une seconde phase, Bähler prévoit transformer le digestat en granules de biofertilisant. Celles-ci seront ensuite vendues à des agriculteurs locaux. Il s’agit d’une technologie développée en Europe, a mentionné Pierre Pilon.

Selon le directeur des stratégies de développement, Bähler sera l’une des premières compagnies à l’introduire au Canada.

Il est toutefois trop tôt pour s’avancer au sujet d’un échéancier à ce sujet, a indiqué le représentant de l’entreprise.

Selon Pierre Pilon, Bähler prévoit présenter son projet d’usine à la population d’ici la fin d’octobre.