Le maire de Saint-Paul-d’Abbotsford, Robert Vyncke
Le maire de Saint-Paul-d’Abbotsford, Robert Vyncke

Un budget sous le signe de la stabilité à Saint-Paul-d'Abbotsford

Les contribuables de Saint-Paul-d’Abbotsford verront peu de différence sur leur prochain compte de taxes en le comparant avec celui de 2019. Le budget récemment adopté par la municipalité pour l’année 2020 est légèrement à la hausse, atteignant tout près de 3,78 millions de dollars.

« On s’en tient à une hausse majorée selon l’augmentation du coût de la vie », a précisé le directeur général de la municipalité, Jean-Raphaël Cloutier.

Le maire Robert Vyncke a d’ailleurs salué le « travail exceptionnel, minutieux et judicieux » de la direction générale et du comité des finances, qui a mené à l’exercice budgétaire présenté le 3 décembre dernier aux citoyens.

La municipalité maintient le taux de taxation unique au même niveau que 2017 et 2018, soit à 0,654 $ par tranche de 100 $ d’évaluation foncière. Rappelons qu’en 2017, le taux de taxe était de 0,72 $ pour une même valeur foncière.

Ce taux global comprend la taxe foncière, les quotes-parts devant être versées à la Sûreté du Québec et à la MRC de Rouville, la taxe finançant le service de sécurité incendie, de même que deux taxes spéciales relatives aux emprunts contractés par la municipalité pour l’achat d’un camion-citerne, d’un camion autopompe et d’un autre véhicule d’unité d’urgence.

À cette taxation sur la valeur des immeubles s’ajoutent, dans certains secteurs, des taxes spéciales, mais aussi les taxes pour les différents services municipaux.

Pour les différentes collectes, il en coûtera 209 $ par unité de logement, c’est-à-dire 79,50 $ pour les ordures, 47,75 $ pour le recyclage et 81,75 $ pour les matières résiduelles. La taxe d’eau coûtera 169 $ par logement pour les premiers 20 000 gallons et le nettoyage des fosses septiques, une opération réalisée aux deux ans, coûtera 200 $ par porte.

Dépenses

Du budget totalisant 3 770 462 $, un peu moins du quart sera alloué à l’administration générale de la municipalité, un poste budgétaire dont les dépenses devraient diminuer considérablement, alors qu’on estime la facture à 162 845,90 $ comparativement à 235 122 $ en 2018. Une économie de 40 000 $ est aussi prévue au poste de la gestion financière et administrative.

Du côté des dépenses allouées à la sécurité publique, une économie d’un peu moins de 15 000 $ pour le service de sécurité incendie vient compenser en partie pour la hausse de près de 23 000 $ pour les services de la Sûreté du Québec.

La réfection de plusieurs routes prévue en 2020 amène des dépenses projetées de 357 712 $ pour la voirie. L’enlèvement de la neige coûtera pour sa part 256 150 $ dans la prochaine année, une hausse d’environ 40 000 $.

L’entretien des infrastructures en eau potable entraînera aussi des hausses budgétaires, avec des dépenses supérieures d’environ 20 000 $ par rapport à cette année.

Pluie de projets au PTI

Le conseil municipal a par ailleurs adopté, mardi dernier, son plan triennal d’immobilisations qui prévoit plusieurs projets d’envergure pour la municipalité.

L’an prochain, 25 000 $ seront investis pour mettre la bibliothèque municipale au goût du jour. Une enveloppe de 125 000 $, tirée des surplus non affectés de la municipalité, sera aussi allouée pour l’aménagement d’une surface de dek hockey. Rappelons que la municipalité a obtenu une subvention supérieure à 90 000 $ pour les travaux qui devraient avoir lieu ce printemps.

La réfection du chemin de la Grande-Ligne est également dans les cartons, à condition que Granby s’engage elle aussi à investir pour entretenir sa portion du chemin.

En 2021, un demi-million de dollars sera alloué à la réfection de certains rangs de la municipalité, dont ceux de la Montagne et Papineau.

On espère également construire un toit pour la patinoire du centre des loisirs, qui sera également rénovée. Une somme de 600 000 $, incluant d’éventuelles subventions, est prévue à cet effet. Le tout devrait permettre de rendre l'espace multifonctionnel et disponible à l'année, alors que 10 000 $ sont budgétés pour l’aménagement d’un module de jeu et 75 000 $ pour les parcs municipaux.