«Un vote pour le PQ, c'est un vote pour la Charte. La seule manière de la faire adopter est d'élire un gouvernement majoritaire du PQ», a martelé Bernard Drainville à plusieurs reprises au cours de son allocution.

Un brunch à saveur de laïcité

Parler laïcité dans une ancienne église peut sembler surréaliste. C'était pourtant le thème du brunch-causerie organisé par le comité électoral du Parti québécois de Granby hier matin à la Maison de la Culture de Waterloo.
Les candidats péquistes de Granby et de Brome-Missisquoi, Joanne Lalumière et René Beauregard, ont profité de l'occasion pour rappeler leurs engagements en présence d'une soixantaine de personnes.
Le député sortant de Johnson et ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet, était aussi présent à ce déjeuner à saveur souverainiste, dont l'orateur invité était Bernard Drainville, candidat dans Marie-Victorin.
Le ministre sortant des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne est en effet venu entretenir les militants de la Charte des valeurs québécoises, projet de loi controversé qu'il a porté à bout de bras au cours du dernier mandat. Il a rappelé son message, qu'il a véhiculé dans plusieurs circonscriptions depuis le déclenchement des élections. «Un vote pour le PQ, c'est un vote pour la Charte. La seule manière de la faire adopter est d'élire un gouvernement majoritaire du PQ», a-t-il martelé à plusieurs reprises au cours de son allocution.
Tous les détails dans notre édition de lundi