S'il fait partie des heureux élus, Émile Lambert-Deslandes compte effectuer ses études universitaires à Toronto. Il vise le programme en relations internationales Trinity One afin de se spécialiser en diplomatie, en développement international ou humanitaire.

Un Bromontois en lice pour une bourse de 100 000 $

Émile Lambert-Deslandes est promis à un brillant avenir. Le jeune homme de Bromont, qui étudie en sciences humaines, profil international au Cégep de Granby pourrait mettre la main sur une bourse de 100 000 $ pour poursuivre des études universitaires.
Retenue parmi 4400 dossiers de partout au Canada, la candidature d'Émile a de quoi en étourdir plus d'un. Il est président de son association étudiante, dont il a été responsable des communications à sa première année au cégep, capitaine et trésorier de la ligue d'improvisation et membre du comité de validation du plan stratégique du cégep. Le jeune homme, qui travaille dans un café à temps partiel, est aussi membre du Parti libéral du Canada et s'implique bénévolement dans sa paroisse. Enfin, il participe à plusieurs activités parascolaires, dont le Forum étudiant du Québec auquel il a pris part à deux reprises.
« Émile a été sélectionné selon les critères de détermination, d'engagement communautaire et de potentiel de leadership. Il a été parrainé par son école et a déjà complété des entrevues régionales à Montréal », explique Joana Nyambura, agente de marketing et du développement de fonds pour la Fondation Boursiers Loran. Ainsi, le Bromontois a pris part récemment à une ronde d'entrevues dans le volet régional du concours, auquel seuls 10 % des candidats ont été conviés.
Opportunité 
C'est bien humblement que le principal intéressé accueille cette nomination. « Je ne m'attendais à rien. Quand ça s'est fini, j'étais très en paix, car j'avais donné le meilleur de moi-même, raconte-t-il. Tous ceux qui ont été rencontrés méritent cette bourse. »
Pour Émile, il s'agit d'une incroyable opportunité pour laquelle il exprime beaucoup de reconnaissance. « C'est d'investir dans des jeunes avec un avenir prometteur en leur permettant d'envoyer leur vie dans une direction, commente-t-il. Tout ce que j'ai accompli, c'est grâce à une série de privilèges que m'ont accordés les autres, par gentillesse et générosité. Et oui, on m'a appris très tôt à travailler fort. »
Les 3 et 4 février prochain, Émile prendra la route de Toronto pour prendre part aux entrevues nationales du concours, en compagnie des 83 autres finalistes. Au terme de cette ultime étape, la Fondation Boursiers Loran choisira 32 lauréats, qui apprendront la bonne nouvelle dès le lendemain.
La bourse pour des études universitaires de premier cycle, répartie sur une période de quatre ans, inclut la dispense des frais de scolarité, une allocation de 10 000 $, du mentorat, le financement de trois stages d'été d'une durée de douze semaines ainsi qu'une expédition d'une semaine et plusieurs rassemblements entre les boursiers.
Faire une différence
S'il fait partie des heureux élus, Émile Lambert-Deslandes compte effectuer ses études universitaires à Toronto. Il vise le programme en relations internationales Trinity One afin de se spécialiser en diplomatie, en développement international ou humanitaire. Son objectif de carrière serait d'oeuvrer au ministère fédéral des Affaires étrangères ou pour une ONG telle que l'Organisation des Nations unies ou Amnistie internationale, pour ne nommer que celles-là. 
« J'aimerais faire une différence. L'international m'attire, parce qu'on entre en contact avec d'autres cultures », explique le jeune homme, qui a fait partie d'un échange étudiant de deux mois en Allemagne alors qu'il était en cinquième secondaire. 
« Dans ma vision des choses, qui est idéaliste, on est le produit de l'environnement qui nous entoure, renchérit l'étudiant. Les gens idéalisent ceux qui sont au sommet, mais pourtant, des millions de personnes à la base sont des acteurs de changement. »
Même s'il n'est pas retenu, Émile ne repartira pas les mains vides. Les finalistes n'étant pas sélectionnés pour la bourse obtiendront une enveloppe de 3000 $.
Depuis sa création, en 1988, la Fondation Boursiers Loran, auparavant connue sur le nom de la Bourse nationale de la Fondation canadienne des bourses de mérite, a récompensé, en partenariat avec 25 universités canadiennes, 569 jeunes de partout au pays. Du nombre, 51 boursiers sont originaires du Québec.