À peine quelques dizaines de personnes prenaient place devant les portes du Best Buy de Granby, une demi-heure avant l’ouverture mardi.

Un Boxing Day couru malgré le froid

Bien que leur arrivée ait été quelque peu retardée en raison du temps froid, les clients ont afflué en grand nombre dans les commerces de la région mardi, à l’occasion du traditionnel Boxing Day. Dans certains commerces, on pouvait bel et bien sentir l’engouement associé aux soldes d’après Noël.

La scène avait certes de quoi surprendre moins d’une demi-heure avant l’ouverture du Best Buy de Granby. À peine quelques dizaines de personnes prenaient alors place devant les portes du magasin.

« Il y a quatre ans, ça attendait jusqu’à la SAQ [à quelques centaines de mètres plus loin]. Ça a quand même rapetissé. Maintenant, les gens font plus d’achats en ligne, je dirais », a remarqué le Granbyen Kevin Choquette, attiré par des offres alléchantes concernant les ordinateurs portables.

Il faut dire que de nombreux clients ont préféré patienter dans le confort de leur véhicule, à l’abri du froid.

Quant à elle, Manon était l’une des premières dans la file d’attente. La Bromontoise a obtenu sa position privilégiée peu après midi, soit moins d’une heure avant l’ouverture. Elle a été séduite par un rabais avoisinant les 200 $ sur un téléviseur. « C’est pour ça que j’attends. Je ne me suis pas habillé pour le look ce matin, mais bien pour être au chaud. J’avais prévu le coup. »

Tout le personnel du Best Buy, soit une cinquantaine d’employés, était présent mardi. « Avec le froid, je ne m’attendais pas à une foule incroyable. Mais c’est le genre d’affluence qu’on espérait », a commenté la gérante du magasin, Josée Deslauriers.

Des dizaines d’acheteurs potentiels attendaient leur tour devant la boutique EB Games pour le Boxing Day.

Des Galeries bondées 

Les stationnements des Galeries de Granby étaient déjà bondés vers 13 h 15. Les automobilistes circulant dans le secteur devaient s’armer de patience.

Toujours dans le domaine de l’électronique, des dizaines d’acheteurs potentiels attendaient leur tour devant la boutique EB Games. « La popularité des jeux vidéos va en augmentant », a affirmé Benjamin, un jeune Montréalais en vacances chez des membres de sa famille. Son frère Benjamin était bien tenté par le casque de réalité virtuelle PlayStation VR.

Comme on pouvait s’y attendre, les clients se pilaient pratiquement sur les pieds dans certaines sections du Walmart.

Le Sears figurait également parmi les commerces les plus achalandés. Ayant annoncé la fin de ses activités au Canada en octobre, la chaîne est présentement en mode liquidation.

Habituée de l’endroit, Lise Deslandes a donc pris part à la dernière vente d’après Noël tenue à la succursale granbyenne. « Ça va faire un vide... Mais un manteau d’hiver à 39,99 $, ça se prend bien ! », a-t-elle lancé.

Échos discordants

Par ailleurs, La Voix de l’Est a obtenu des échos discordants auprès de commerces œuvrant dans le même secteur.

Un client n’attendait pas l’autre aux caisses du magasin de vêtements Urban Planet, si bien qu’aucune responsable n’a pu répondre aux questions de l’auteur de ces lignes en ce Boxing Day.

Mais bien que les deux dernières semaines aient été fastes chez Jeans Factory, la superviseure Jessica parlait plutôt d’un « départ plutôt tranquille » et d’une situation « relativement sous contrôle ».
Les dernières années ont sans contredit été difficiles pour l’industrie textile au pays.

Peu touchée par la vente en ligne, Jeans Factory parvient toutefois à tirer son épingle du jeu. « On est une PME en démarrage qui a commencé à ouvrir ses boutiques en 2015. Les gens nous découvrent, ils commencent à nous connaître. Pour nous, c’est peut-être un peu le contraire. On a été en ascension cette année. »