L’ouvrage de la rue du Versant Ouest fait l’objet d’une inspection quotidienne.

Un barrage sous surveillance à Shefford

Une brèche dans l’un des deux barrages relevant de la municipalité de Shefford a nécessité une intervention d’urgence la semaine dernière. Si la situation est maintenant sous contrôle, l’ouvrage de la rue du Versant Ouest fait néanmoins l’objet d’une inspection quotidienne.

Érigé en 1993 dans la Seigneurie de Shefford, sur la montagne, pour permettre l’aménagement d’un lac privé, ce petit barrage est sous surveillance depuis plusieurs années, en raison de la présence connue d’une cavité, indique le directeur des travaux publics de Shefford, Christian Bérubé.

Selon ce dernier, six inspections y ont lieu chaque année, au lieu des deux habituellement requises pour ce genre de barrages.

Interpellé par un résidant de l’endroit, qui avait remarqué que de l’eau traversait les roches de la structure pour s’écouler dans un ruisseau adjacent, M. Bérubé s’est rapidement rendu sur place. « On n’a pas pris de chance. Une firme d’ingénieurs nous a recommandé de baisser le niveau d’eau du lac », explique-t-il.

Grâce à un système d’évacuation, il a été possible d’abaisser la hauteur d’eau de « cinq ou six pouces » de manière à dégager la cavité et stopper la fuite, ajoute Christian Bérubé. « C’était moins pire qu’on pensait, car la brèche est assez haute. »

Usage récréatif

Le Répertoire des barrages du Québec indique que le barrage identifié comme X2 081 889 est un bassin de forte contenance à usage récréatif et de villégiature, qui peut également servir de réservoir d’eau en cas d’incendie.

Haut de près de 6 mètres et d’une longueur de 140 mètres, il permet de contenir les 288 000 m3 d’eau de ce bassin qui couvre plus de 6 hectares. Une dizaine de résidences bordent ses berges.

La fiche technique mentionne que la dernière étude d’évaluation de la sécurité date de 2014, et que la prochaine est prévue pour 2024. On y indique qu’aucun correctif n’est requis sur la structure. Selon le Ministère, son « Niveau des conséquences » est cependant important.

Le maire de Shefford, Éric Chagnon, s’est voulu rassurant, mardi, en rappelant que l’intervention avait eu lieu par mesure de prévention et qu’il n’y avait pas matière à s’inquiéter. Ce dernier estime que les risques d’inondation à cet endroit sont limités, notamment en raison du positionnement du barrage, situé en montagne.

Travaux à venir

Dans un avis public, la municipalité mentionne cependant que des travaux de restauration seront nécessaires sur l’ouvrage de terre et de pierre, et que le niveau de l’eau pourrait demeurer abaissé pour toute la prochaine année. Difficile, en effet, de préciser l’échéancier d’un tel chantier, en sachant qu’il faudra d’abord obtenir les autorisations du ministère de l’Environnement, puis lancer les appels d’offres, fait remarquer Christian Bérubé, qui refuse de s’avancer sur les coûts à prévoir. « Les travaux seront peut-être moins importants qu’on le pense », note-t-il.

Selon les informations disponibles à la municipalité, le fond du lac appartiendrait à l’Association des propriétaires de la Seigneurie de Shefford.