Un banc à la mémoire de Richard Lauzier a été installé près d’un étang dans le parc naturel Jacques-Bonnette, à Cowansville.

Un banc en mémoire de Richard Lauzier

Il est maintenant possible de s’asseoir près d’un étang où les oiseaux sont rois, à Cowansville, dans le parc naturel Jacques-Bonnette. La famille de Richard Lauzier et la Ville y ont installé un banc commémoratif en hommage à l’ancien agronome qui a initié plusieurs programmes gouvernementaux.

M. Lauzier est décédé au printemps dernier d’un cancer du pancréas, à l’âge de 69 ans. La famille a voulu lui rendre hommage d’une façon différente. « D’habitude, les gens amassent des dons pour un organisme, mais on a décidé de faire autre chose parce qu’il était différent, marginal, raconte sa fille Gabrielle Lauzier-Hudon. Il était un amoureux de la nature. Il fréquentait le parc Jacques-Bonnette, qui était son endroit pour relaxer et se sentir bien. »

Amateur d’ornithologie, il pouvait y observer certains spécimens parmi les milliers d’oiseaux qui y vivent. Sa famille a fait une demande à la municipalité pour y installer un banc où les gens pourraient aller s’asseoir et observer les oiseaux. Tout s’est fait rapidement et rondement, assure Mme Lauzier-Hudon. Le banc a été installé samedi dernier à l’endroit préféré du défunt, sur un sentier qu’on emprunte à partir de la rue Albert, aux frais de la famille.

« C’est vraiment ce qui le représentait, de ce que m’ont dit [ses] enfants, souligne Alain Dion, directeur du service des loisirs et de la vie communautaire de Cowansville. Je trouve que c’est un beau geste original [de leur part]. »

Alors qu’il était agronome, M. Lauzier a mené des projets majeurs dans la région de Brome-Missisquoi pour le ministère de l’Agriculture. « C’est lui qui a fait [avancer] des projets sur les bandes riveraines, ce qui à l’époque n’était pas un sujet connu des agriculteurs. Il a fait un gros travail pour mettre en place des projets novateurs, dont la Lisière verte qui a inspiré le ministère pour son programme Prime-Vert », rappelle sa fille.

La Lisière verte est un programme de bandes riveraines de 9 mètres qu’il a réalisé avec des producteurs agricoles.

Précurseur de l’agroenvironnement dans la communauté agricole, il souhaitait protéger à la fois le territoire agricole et les cours d’eau. Il a réussi à convaincre les producteurs à changer leurs pratiques en travaillant avec eux pour la protection de l’eau. Il a pavé la voie pour le reste du Québec, conclut sa fille.