Antoine Moreau est cofondateur de MAD Aerospace, l’entreprise derrière le Twin-X6, un avion unique au monde, représenté sous forme de maquette.
Antoine Moreau est cofondateur de MAD Aerospace, l’entreprise derrière le Twin-X6, un avion unique au monde, représenté sous forme de maquette.

Un avion du futur conçu à Shefford

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
C’est dans un bureau de Shefford qu’a été imaginé un avion du futur qui sera présenté jeudi au Sommet mondial du design, à Montréal. L’avion est déjà breveté et tout porte à croire qu’il volera dans le ciel dans quelques années à peine.

Une nouvelle entreprise en aéronautique a officiellement vu le jour au cours des dernières heures. Fruit du travail d’Antoine Moreau et de Marc-Arthur de Grosbois, MAD Aerospace présente son avion amphibie Twin-X6.

« Même si l’entreprise vient tout juste d’être créée, le design est très avancé, annonce Antoine Moreau, président de MAD Aerospace. On travaille depuis plusieurs années à l’avancement du projet. On commence en affaires avec un projet qui est déjà breveté et qui est déjà bien avancé au niveau de l’ingénierie. L’objectif est de finir la conception, faire un prototype, le certifier, et puis de produire l’avion dans la région de Granby, Bromont et environs. Probablement qu’on va produire sur le bord d’une piste. »

L’aéroport de Bromont lui semble un endroit intéressant où avoir un hangar afin de fabriquer cet avion « unique au monde » avec ses moteurs au-dessus des ailes et les hélices à l’arrière.

Un vaste marché

Quand on lui demande s’il y a un marché pour un tel appareil, le président de MAD Aerospace n’hésite pas un instant. 

« Dans le marché à hélices, on est dans le plus gros et le plus luxueux de ce qui se fait. [...] Cet avion a une cabine assez grande pour pouvoir faire du transport de marchandises, comme dans le Nord. Notre avion sera capable de transporter un peu plus lourd, un peu plus loin que le Beaver (NDLR : un avion de brousse). On peut faire du transport médical aérien, donc les patients et les civières vont être capables d’entrer par la porte. On peut faire aussi du sauvetage en haute mer et, évidemment, il y a toujours le marché des avions privés et des avions d’affaires. »

Un montage photo a de quoi faire rêver. L’avion amphibie est sur un lac et sur son nez se tient un pêcheur, ligne à l’eau. « C’est un loisir de riche », avoue en riant M. Moreau. 

Le Twin-X6 se détaillera moins d’un million de dollars. Selon M. Moreau, les avions plus performants, des jets, se vendent plutôt au-dessus des 2 M $.

Pour le moment, l’équipe doit trouver du financement pour construire le prototype. Antoine Moreau se dit confiant de trouver les millions de dollars nécessaires puisque selon lui, l’avion de six places assises vient répondre à un besoin qui se fera de plus en plus sentir dans les prochaines années. On s’attend à un boom de la petite aviation en 2025, dit-il. 

« Tous les petits avions que vous êtes habitués de voir dans les aérodromes de la région, ce sont toutes des machines qui ont 50 ans d’âge et plus. La moyenne est de 47 ans. Ces avions-là ont à peu près tous été construits en même temps et ils vont bientôt se mettre à mourir, affirme-t-il. Alors on s’attend à ce qu’il y ait une deuxième grosse vague en aviation. Il y a beaucoup de nouvelles entreprises comme la nôtre qui commencent en ce moment. Certaines ont pris de l’avance un peu plus, d’autres sont encore au niveau de la planche à dessin. On voit le train arriver et on embarque. »

Marc-Arthur de Grosbois, cofondateur de MAD Aerospace.

Création d’emplois

Pour aller chercher du financement, des analyses détaillées ont été réalisées. D’ici 2019, MAD Aerospace prévoit employer une vingtaine de personnes ; un nombre qui grimperait à 35 en 2022, et à 80 en 2026.

Des contrats pour la fabrication des pièces seront octroyés, espère son président, au Québec et plus précisément dans la région de Montréal.

Antoine Moreau et son associé Marc-Arthur de Grosbois possèdent tous les deux une longue feuille de route. M. Moreau, qui habite Shefford, aimait déjà les avions lorsqu’il était jeune. Il a fait son cours technique à l’École nationale d’aérotechnique, un baccalauréat en ingénierie à l’ÉTS et a complété une maîtrise en aérodynamique et une autre en design pour les véhicules de transport. Pilote, il a travaillé pour Pratt et Whitney et Bombardier aéronautique. Il a participé à la conception de plusieurs appareils. M. de Grosbois a, lui aussi, travaillé pour Bombardier aéronautique au niveau des matériaux composites et de la structure.

Le Twin-X6 est présenté jeudi pour la première fois dans un événement public. Il a été montré à quelques reprises, mais dans des événements privés.