Le groupe des Bâtisseurs entend construire un édifice de quatre étages comprenant 212 logements sur le site de l'ancien concessionnaire Deragon Ford, rue Principale à Cowansville.

Un autre édifice pour retraités dans les cartons

Les promoteurs du projet Renaissance à Cowansville ont de la concurrence. Un deuxième groupe planifie de bâtir un édifice à logements de quatre étages pour personnes retraitées. Les Résidences des Bâtisseurs veulent construire 212 appartements sur les terrains occupés par le passé par le concessionnaire Deragon Ford, rue Principale.
Un groupe d'hommes d'affaires s'est officiellement porté acquéreur le 21 mars des terrains situés au 315 et 320, rue Principale. La transaction s'élève à 1 250 000 $. La valeur des deux terrains, selon l'évaluation municipale, était de 570 200 $. 
Les acheteurs sont Construction Nadeau et Boulé de Brigham, propriété de Claude Boulé et d'André Nadeau, la compagnie 9205-5334 Québec inc., détenue par MM. Boulé et Nadeau et par Pierre-Marie Dion, et la Société en commandite de Cowansville, qui appartient aux Montréalais Philip Napier, Pierre Michaud et Jacques Cyr.
Le terrain principal, où s'élèvera l'édifice à logements, couvre une superficie de 12 946 mètres carrés (139 338 pieds carrés), tandis que le second, qui servait de stationnement au concessionnaire, occupe 4477 m2 (48 186 pi2). Un avis de contamination était attaché au premier terrain, mais des travaux effectués l'année dernière à la suite de la démolition du bâtiment ont permis de réhabiliter le site, selon des informations obtenues au ministère de l'Environnement.
Les Résidences des Bâtisseurs possèdent plusieurs immeubles pour personnes retraitées au Québec. L'entreprise en compte à Rivière-de-Loup, Baie-Saint-Paul, Matane, Sept-Îles, La Tuque et Chambly.
Le maire de Cowansville, Arthur Fauteux, se réjouit de l'intérêt manifesté par des investisseurs envers sa ville. Il a appris l'existence de ce projet en décembre, trois jours après qu'un autre groupe, Renaissance, eut officiellement présenté le sien aux autorités municipales. « Beaucoup de gens cherchent ce type de logement, c'est certain, relève-t-il. On est contents parce que ça va permettre à nos citoyens de rester ici. »
Capacité du marché 
S'il est heureux des projets annoncés, M. Fauteux ne peut s'empêcher de s'interroger sur la capacité du marché à absorber autant de logements pour une clientèle très ciblée. L'étude de marché de la Ville arrive à la conclusion que 200 logements sont nécessaires pour répondre à la demande, a-t-il
souligné. « Cent cinquante logements plus 212, ça fait beaucoup de logements. Je ne sais pas si le marché peut en absorber autant. On verra. On va travailler avec les deux groupes d'investisseurs. C'est le marché qui va décider. »
Cela dit, fait remarquer M. Fauteux, cette offre de logements pourrait correspondre aux vrais besoins. Il se rappelle au tournant du siècle quand Métro et IGA reluquaient le territoire de Cowansville. Le marché de la Ville était-il capable d'accueillir deux supermarchés ? , se demandait-il. « Finalement, oui, le marché était capable. J'ai compris que quand il y a de la place pour une entreprise, il y en a pour deux. La compétition attire la compétition, ça crée un effet d'achalandage. »
De son côté, le groupe Renaissance met la touche finale à ses préparatifs pour construire un édifice de 150 logements dans le secteur des grandes surfaces, rue Jean-Besré. Le zonage a été modifié pour permettre l'usage résidentiel. Un investissement de 25 millions de dollars a été annoncé.
Les deux entreprises n'ont pas encore déposé de demande pour un permis de construction, a indiqué Olivier Ricard, directeur de l'aménagement urbain et de l'environnement de la Ville.
Les promoteurs des Bâtisseurs n'ont pas rappelé La Voix de l'Est.