Marie-José Auclair, présidente de Corridor appalachien, Michèle Turcotte, mairesse de Saint-Étienne-de-Bolton, Jacques Drolet, maire de Bolton-Ouest, Gail Watt, citoyenne de Bolton-Ouest, et Mélanie Lelièvre, directrice générale de Corridor appalachien.

Un appel aux dons pour protéger à perpétuité le mont Foster

Le temps presse. D’ici le 31 décembre, 350 000 $ devront être recueillis auprès de la population afin de protéger à perpétuité le mont Foster, un joyau écologique situé au cœur du massif des Montagnes-Vertes. Le projet d’acquisition de 217 hectares de forêt est le plus important de l’organisme Corridor appalachien, qui coordonne la campagne de financement.

Le projet de conservation permettrait de conserver 75 % du territoire de la montagne, situé à cheval sur les municipalités de Bolton-Ouest et de Saint-Étienne-de-Bolton, a-t-on appris lors de la conférence de presse organisée jeudi à la mairie de Saint-Étienne-de-Bolton.

Cela fait plus de dix ans que les citoyens de Bolton-Ouest s’insurgent contre un projet immobilier qui prévoyait alors la construction de 70 maisons disséminées à différents endroits de la montagne. 

Le mont Foster représente le cœur du bassin versant de la rivière Yamaska, d’où partent les ruisseaux alimentant le lac Brome, rappelle Jacques Drolet, maire de Bolton-Ouest.

En 2018, une entente a été conclue avec le promoteur du projet immobilier, afin que l’organisme de conservation à but non lucratif puisse acquérir ce site où « l’écosystème est extrêmement sensible » et dont la « valeur paysagère est inestimable », selon Mélanie Lelièvre, directrice générale de Corridor appalachien. « Cette entente a été le fruit de nombreuses années de travail. »

Parallèlement, le projet immobilier a été revu à la baisse et est désormais conditionnel, entre autres, à la maximisation de l’aire de conservation. Si quatre ou cinq maisons ont déjà été construites ces dernières années, seules 24 maisons pourront ainsi être bâties au total, selon l’organisme. « L’entente prévoit un développement [résidentiel] limité à une zone déjà perturbée », contextualise Mme Lelièvre.

« Le projet de conservation mont Foster permet d’obtenir l’aire de conservation la plus étendue possible, souligne quant à elle Marie-José Auclair, présidente de l’organisme Corridor appalachien. Au départ, la conservation correspondait à 5 % du territoire visé et aujourd’hui, on est à 75 % du territoire qui va être conservé à perpétuité. »

Le projet permettra également d’avoir de nouveau accès au sommet de la montagne et à la tour des scouts, un endroit auparavant prisé des randonneurs et qui offre une vue panoramique exceptionnelle sur la région.

Des sentiers seront balisés une fois la transaction financière conclue.

« Tout le monde chez nous a hâte de pouvoir retourner à la tour », indique M. Drolet, alors que le soutien populaire en faveur de la protection de la montagne n’a eu de cesse de se manifester ces dernières années.

Rappelons qu’en juin dernier, la municipalité de Bolton-Ouest a modifié certaines parties de ses règlements d’urbanisme, notamment ceux portant sur le zonage, le lotissement et la construction, afin de permettre la réalisation de la « version allégée » du projet immobilier. Les citoyens de Bolton-Ouest avaient voté préalablement à 76 % en accord avec ce projet

À LIRE AUSSI : Construction de maisons dans le mont Foster: les citoyens disent oui à 76 %

Les principaux amendements qui ont ainsi été adoptés exigent que les futures maisons construites dans le mont Foster aient des terrains d’un minimum de 1 hectare (10 000 mètres carrés), limiteront le déboisement total à 1500 m2 pour faire place à la maison ainsi qu’à l’entrée de cour ainsi qu’à un cabanon ou une piscine.

Si la MRC Brome-Missisquoi a jugé ces modifications réglementaires conformes à son schéma d’aménagement, les constructions de ces maisons sont cependant conditionnelles à l’obtention d’un certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement, dont la réponse serait attendue au cours du mois de décembre prochain.

Site exceptionnel

Le site du mont Foster s’inscrit dans un environnement très riche, en particulier sa faune et sa flore sauvages, ce qui le rend d’autant plus vulnérable. 

« On fait ça parce qu’on croit au projet, notamment à cause de la haute valeur écologique du territoire, dit Mme Auclair. Aussi à cause de son positionnement stratégique dans la chaîne de montagnes des Appalaches. »

Le projet immobilier initial aurait fragmenté cet écosystème, ajoute Mme Lelièvre.

« On a tiré toutes les ficelles »

La valeur totale du projet de conservation du mont Foster s’élève à 2,5 millions de dollars. Ce montage financier complexe comprend 1,2 million de dollars de financement gouvernemental, un don de terrains de la part du promoteur pour l’équivalent de 600 000 $, 205 000 $ provenant de fondations privées et publiques, et il prévoit un soutien de la population de près de 500 000 $. 

Déjà, 150 000 $ ont été recueillis auprès des citoyens. Mais cela ne suffit pas. « On a tiré toutes les ficelles qu’on pouvait tirer, avoue Mme Auclair. Nous avons besoin de la communauté pour boucler le financement. »

Selon Corridor appalachien, la population sera la première à bénéficier de ce projet de conservation, « pour la qualité de vie, la qualité de l’eau, la pérennité des écosystèmes et l’accès à la tour des scouts. Ce projet collectif permettrait aux générations futures de profiter elles aussi de ce milieu naturel exceptionnel ».

« Nous sommes dans le dernier droit du projet, ajoute Mme Lelièvre. Il reste encore des sommes significatives à trouver, et si la transaction financière n’est pas bouclée d’ici le 31 décembre, nous perdrons les fonds gouvernementaux qui nous ont été promis, et l’option d’achat sera caduque. »

Cependant, Mme Lelièvre et les différents partenaires anticipent le futur avec optimisme. « On sait qu’il y a des gens qui ont la conservation du mont Foster à cœur. »

Mme Auclair image tout en relief ce défi financier : « On a déjà remué ciel et terre, maintenant il faut soulever des montagnes. »

Mélanie Lelièvre précise que Corridor appalachien peut émettre des reçus de charité en échange des dons. « Nous pouvons également moduler les dons sur deux ou trois ans », précise-t-elle. Il est possible de faire un don à ce projet spécifique via le site Internet de l’organisme.

À LIRE AUSSI :  Mont Foster: un citoyen s’oppose à un nouveau projet immobilier

À LIRE AUSSI : Construction dans le Mont Foster : Bolton-Ouest ouvre la porte à cinq propriétaires