Pierre Beauregard participera à son 10e Ironman, à Lake Placid, le 28 juillet prochain.

Un 50e défi sportif pour Pierre Beauregard

Participer à un Ironman correspond à la consécration d’une vie pour certains. Pour Pierre Beauregard, il s’agit d’avoir du plaisir tout au long du parcours. Le 28 juillet prochain, ce dernier participera à son 50e défi sportif lors du Ironman à Lake Placid.

Pour s’y rendre, il décide de rouler en bicyclette, une randonnée d’environ 200 km quelques jours avant d’enchaîner 3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42,2 km de course à pied. Son départ est prévu mercredi matin et il compte arriver à destination jeudi après-midi. Il s’agit de la dixième année consécutive que ce Granbyen d’origine fait cette aventure.

« C’est une folie qui s’est produite la première année et j’ai tellement aimé ça que j’ai continué », explique Pierre Beauregard. Il définit cette semaine comme étant une de ses plus belles dans l’année.

À ce jour, il a terminé tous les défis qu’il a entrepris. Il souligne même le fait que certains concurrents, qui paraissaient plus préparés que lui, ne terminaient pas la course. M. Beauregard est assez fier de pouvoir dire qu’il a complété les 49 compétitions auxquelles il a participé.

Préparation

Il ne s’adonne à aucun programme d’entraînement particulier. À vrai dire, il ne s’entraîne jamais. Sa préparation consiste à aller « jouer dehors » le plus possible. Il se déplace constamment en vélo puisqu’il s’agit de son moyen de transport.

Le Granbyen demeure tout de même réaliste. Les mois précédant la compétition, il est un peu plus actif. D’ailleurs, il participe au marathon de Lake Placid au mois de juin afin de se préparer pour le plus gros défi ayant lieu fin juillet.

Pour ceux qui prennent part à des surpassements de la sorte, leur objectif est souvent d’être le plus rapide possible. Pour le principal intéressé, ce n’est pas le cas. « À mon avis, l’objectif de tous devrait d’être présent sur la ligne de départ et d’être fier de leur préparation », indique-t-il.

Peu de répit

Le 7 juillet dernier, cet homme de 48 ans a participé au Canada Man, un triathlon équivalant à un Ironman. Il a décidé d’y prendre part afin de pouvoir dire que celui de Lake Placid correspond à son 50e défi sportif.

Seulement 21 jours séparent ces deux événements. « C’est la première fois de ma vie que je peux dire que je vais faire deux Ironman en si peu de temps », se réjouit l’athlète.

À la suite de cette activité sportive, il se dirigera vers le Tennessee afin de rencontrer une personne qui organise un événement en avril prochain. Celle-ci l’intéresse grandement et il compte sur son trajet de 1600 km pour impressionner le responsable pour ainsi y prendre part. Il s’agirait d’une activité secrète et seulement 40 inscriptions sont permises.

Mode de vie

Participer à ces courses de longue distance est devenu sa façon de vivre. Grâce à ces événements, il gagne sa vie, notamment, en donnant des ateliers de discussion et la vente de son livre.

Depuis deux ans, Pierre Beauregard présente sa conférence « L’approche des défis par le plaisir : Toujours gagnant ! ». Il présentera celle-ci pour une deuxième année de suite dans l’État de New York jeudi et vendredi.

L’enthousiasme qu’il ressent en prenant part à ces défis est la principale raison qui a mené à la création de sa conférence et l’écriture de son livre. En fait, c’est cette fameuse question demandée par quelques participants qui a engendré cette réflexion : « Est-ce qu’on fait la même course ? Parce que tu as l’air d’avoir trop de plaisir alors que moi je souffre. »

Il s’est alors demandé ce qu’il faisait de différent des autres concurrents. Cette philosophie du plaisir, il ne sait pas d’où elle provient. D’ailleurs, l’écriture du livre et ses conférences n’étaient pas du tout planifiées lors de sa toute première course.