Célébrant vingt ans d’amour cette année, Charles Arès et Éric Pichette forment une famille comblée. On les voit ici avec leur fille aînée, Emmannuelle.

Trouver l’amour au temps des petites annonces

« Homme de 24 ans cherche jeune homme entre 18 et 25 ans pour amitié ou relation à long terme ». C’était bien avant l’invention des sites et des applications de rencontre. Une histoire qui, aujourd’hui, serait des plus inusitées. Et pourtant, leur amour dure maintenant depuis 20 ans.

C’est à travers les petites annonces de La Voix de l’Est qu’Éric Pichette et Charles Arès ont fait connaissance en 1999. Ni un ni l’autre ne se doutaient que c’est à travers les pages d’un journal qu’ils trouveraient le grand amour.

« Je ne pensais pas que ça marcherait... témoigne Éric. Je me suis dit : j’essaie dans les p’tites annonces et on verra ! »

« À l’époque, deux gars ensemble, ça n’était pas vu de la même manière qu’aujourd’hui. Il y avait aussi beaucoup moins d’annonces du genre, précise Charles, Waterlois d’origine. Ce n’était pas comme maintenant avec Tinder et les réseaux sociaux. Dans ce temps-là, pour rencontrer, il fallait que ton entourage te présente quelqu’un ou que tu places une petite annonce. »

C’est à travers les petites annonces de La Voix de l’Est qu’Éric Pichette et Charles Arès ont fait connaissance en 1999.

N’empêche, le jeune homme alors âgé de 19 ans a répondu à l’annonce d’Éric, un Cowansvillois de cinq ans son aîné. Dans la semaine qui a suivi, ils se sont donné rendez-vous aux Galeries de Granby et sont allés disputer une partie de billard.

« Tout de suite après, on avait déjà hâte de se revoir, raconte Éric, un artiste peintre exposant notamment à la galerie La Station, à Eastman. Un coup de foudre. Je savais que j’avais trouvé la bonne personne. »

La suite s’est enchaînée rapidement. « Après deux mois, on habitait déjà ensemble dans un appartement à Granby », poursuit Charles.

Ils vécurent heureux...

Ils unissent finalement leurs destinées le 13 juin 2009.

Puis, alors qu’ils filaient le parfait bonheur, un autre grand amour entre dans leurs vies. « Quand on s’est mariés, on savait qu’on voulait des enfants, sans savoir qu’Emmanuelle allait naître quelques mois plus tard. On l’a adoptée à l’âge de deux ans et demi », raconte Charles.

Le couple est également famille d’accueil d’une autre fillette, maintenant âgée de six ans. « L’homoparentalité n’est plus perçue de la même façon qu’avant, surtout parce qu’elle est moins rare qu’elle ne l’était, croit Charles, qui a pris part à un documentaire sur le sujet avec sa fille aînée en marge de l’émission Cheval-Serpent. On se sent bien acceptés. »

« Nous sommes très fiers de nos filles et elles nous apportent tellement de bonheur, ajoute Éric. On a une famille différente des autres, mais pour moi, elle est parfaite ! »

Pour le père de famille, il n’y a pas de secret pour un amour qui dure. « Il faut apprendre à apprivoiser l’autre et composer avec ses qualités et ses défauts, grandir ensemble et partager des rêves communs », croit-il.

Aux yeux de Charles, c’est parce que « les contraires s’attirent » que son histoire d’amour avec Éric franchit cette année le cap des vingt ans. « Je suis très expressif alors qu’Éric est plus réservé, mais nous sommes complémentaires. »

« C’est vrai que nous sommes très différents Charles et moi, renchérit son mari. Mais nous formons une équipe du tonnerre ! »