La Bromontoise Geneviève Baril et sa chienne Flare participent ces jours-ci au Trophée des Montagnes, une compétition de canicross tenue dans les Alpes françaises.

Trophée des Montagnes: un solide départ pour Geneviève Baril et Flare

La Bromontoise Geneviève Baril fait bonne figure au Trophée des Montagnes, un événement qui réunit ces jours-ci l’élite mondiale du canicross dans les Alpes françaises. Au terme de la première étape, elle figurait, avec sa chienne Flare, parmi le top 5 féminin.

« C’est bien parti ! », a lancé la coureuse, en entrevue téléphonique avec La Voix de l’Est.

Samedi, l’étape Le Bessay comportait une course de 5,3 km en montagne avec un dénivelé positif de près de 300 m et autant en descente. Geneviève Baril a précisément terminé en 4e position chez les femmes. 

Lorsque contactée par La Voix de l’Est dimanche matin (heure du Québec), la Bromontoise venait tout juste de compléter un parcours de 5,2 kilomètres tout en montée. Elle ignorait toutefois ses résultats finaux pour cette seconde étape. 

Un défi hors du commun

Composé de 10 étapes, le Trophée des Montagnes constitue un défi sportif de haut calibre, sans commune mesure avec les compétitions de canicross tenues en sol québécois. 

Selon Mme Baril, 24 nationalités y sont représentées. Elle est cependant la seule canadienne en lice.

La coureuse locale observe quelques différences entre la pratique de son sport en Europe et au Québec. 

« Au Québec, on mise beaucoup sur la sécurité, tandis qu’en France on s’attend plus à ce que le chien suive », a-t-elle expliqué. 

« L’épreuve d’hier (samedi), c’est ce que j’ai dû affronter de plus difficile depuis que je fais du canicross. Il y a beaucoup de coureurs sur les sentiers, c’est un parcours très technique, parfois peu balisé, et il fait très chaud. ».

À l’image du Québec, la France connaît actuellement une importante vague de chaleur. L’horaire du Trophée des Montagnes a même été modifié afin que les compétitions se déroulent plus tôt dans la journée. 

Geneviève Baril espère néanmoins conserver sa place parmi le top 5 féminin jusqu’à la fin de l’événement.

La qualité de ses performances reposera bien entendu sur sa forme physique et sa détermination, mais aussi sur Flare, sa fidèle Labrador.

« Ce sont des étapes très techniques, parfois j’ai besoin d’elle pour me traîner, et à d’autres moments je m’attends à ce qu’elle soit à mes côtés. Pour l’instant, ça se passe bien. J’essaie de ne pas trop la pousser, qu’elle n’ait pas trop la langue à terre », a expliqué Mme Baril.

Le Trophée des Montagnes 2018 se terminera dimanche prochain.