Michel et Ginette Flesch, ainsi qu’un locataire, Jacques Allard, dénoncent le bruit généré par Stedfast.

Trop de bruit près de l'usine Stedfast

Le bruit incessant généré par un nouvel équipement de l’entreprise Stedfast à Granby suscite la grogne du voisinage, qui ne sait plus à quel saint se vouer pour retrouver la quiétude.

« C’était un vrai paradis ici avant », a laissé tomber avec dépit Michel Flesch en entrevue avec La Voix de l’Est.

Lui et son épouse, Ginette, sont propriétaires de la Vitrerie Maurice, rue Cowie, depuis 1971 et ils habitent l’immeuble attenant au commerce. Au cours des dernières décennies, le couple a acquis et rénové trois immeubles locatifs, situés de part et d’autre de la rue Cowie. Le duo a aussi porté beaucoup de soins à aménager un petit havre nature en bordure de la rivière Yamaska ; havre auquel ses locataires ont aussi accès.

Mais depuis le printemps, ce ne sont plus les clapotis de la rivière qui accompagnent les résidants du secteur, mais le bruit d’un nouvel équipement de leur voisin arrière, l’usine de Stedfast, située rue Saint-Charles Sud. Et cet équipement est en fonction nuit et jour, sept jours sur sept, se désole Michel Flesch.

Si bien que le petit coin nature est déserté. Michel et Ginette Flesch ont aussi délaissé leur chambre à coucher, qui donne sur la rivière, pour dormir dans leur salon.

« On est rendu là ! Si on veut dormir dans notre chambre, il faut fermer la fenêtre et il fait trop chaud. On n’a jamais eu besoin d’air climatisé. Mais on va se faire installer une thermopompe la semaine prochaine », dit-il.

Les locataires de Michel et Ginette Flesch sont aussi affectés par cette nouvelle réalité. Certains auraient même évoqué la possibilité de déménager, déplore le couple.

« C’est vraiment désagréable. On dirait qu’il y a des soirs où c’est plus fort que d’autres. L’hiver, c’est un demi-mal, mais l’été, on veut pouvoir ouvrir nos fenêtres », dit l’une des locataires, Lucie Viens.

Un autre, Jacques Allard, affirme pour sa part que les oiseaux, qui se font habituellement nombreux, semblent avoir déserté le secteur. Il dénonce aussi la situation.

Un nouvel équipement de l'usine Stedfast, située rue Saint-Charles Sud, est jugé trop bruyant par le voisinage du secteur. Des plaintes ont été logées à la Ville et au ministère de l'Environnement.

Plaintes

Au cours des derniers mois, Michel et Ginette Flesch affirment avoir tenté à quelques reprises de joindre des responsables à l’usine pour leur faire part de la situation. Mais en vain. Leurs appels sont demeurés lettre morte.

« Je n’ai jamais eu de problème avec eux par le passé. S’il y avait quelque chose, j’avais le numéro de téléphone des contremaîtres et je pouvais les appeler », affirme M. Flesch.

Le couple a aussi fait une plainte au service de la planification et de la gestion du territoire à la Ville de Granby, où le dossier est en traitement, confirme l’urbaniste senior et chargé de projets au développement du territoire à la Ville, Dominique Desmet.

Le bureau bromontois du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a aussi été saisi de la situation.

Selon les informations qu’a pu obtenir Michel Flesch, un nouveau système en rodage chez Stedfast serait à l’origine de la source de bruit. Une demande aurait été déposée par le ministère auprès de l’entreprise il y a plus d’un mois afin que le bruit soit réduit, à tout le moins durant la nuit et les fins de semaine.

Mais aucun changement n’a été noté par le voisinage et aucun retour n’a été effectué auprès de M. Flesch.

Le service des communications du ministère de l’Environnement n’a pas été en mesure vendredi de commenter le dossier.

Difficile aussi d’obtenir des commentaires de la direction de Stedfast. Les activités de l’entreprise sont arrêtées jusqu’au 5 août. Seule une poignée d’employés œuvrent à l’usine.

Un mur ?

Au cours des dernières années, Stedfast a fait l’objet de plaintes de la part du voisinage pour des odeurs nauséabondes dégagées par l’usine. La situation s’est beaucoup améliorée, affirme Michel Flesch.

Le nouveau système mis en place serait d’ailleurs lié à cette problématique d’odeurs. « Ils ont réglé le problème d’odeurs, mais ça nous a amené un problème de bruit... », laisse tomber M. Flesch.

Ce dernier affirme qu’il ne se voit pas vivre dans de telles conditions « le reste de ses jours ». Il souhaite donc que l’entreprise aménage un mur antibruit ou arrive à bloquer, voire à réduire, le son d’une quelconque façon.