Samedi, trois hommes à bord d'un véhicule utilitaire sport (VUS) blanc se seraient stationnés dans l'entrée d'une résidence de la rue Principale, à Saint-Valérien, et auraient tenté d'attraper une femelle mastiff qui se trouvait à l'extérieur de la maison voisine.

Trois hommes ont tenté d'enlever son chien

Une tentative ratée d'enlèvement de chien à Saint-Valérien-de-Milton survenue la fin de semaine dernière pourrait aiguiller les policiers qui sont activement à la recherche des possibles tortionnaires de Tonka et Yoshi.
Ces derniers ont été retrouvés morts et gelés dans un fossé du 6e rang, à Saint-Valérien, samedi, par une dame qui marchait dans le secteur. Les deux bêtes, qui manquaient à l'appel depuis mercredi soir dernier, avaient été étouffées et battues. L'enquête a été prise en charge par le poste de la Haute-Yamaska de la Sûreté du Québec.
Or, ce même samedi, trois hommes à bord d'un véhicule utilitaire sport (VUS) blanc se sont stationnés dans l'entrée d'une résidence de la rue Principale, à Saint-Valérien. Ils ont tenté de s'emparer de Maya, une femelle mastiff italien de huit mois qui se trouvait à l'extérieur de la maison voisine, où demeure la maître-chien Diane Croteau.
« Une demi-heure avant, j'étais sortie avec les chiens et la clôture était bien fermée », se souvient-elle.
Subterfuge
L'autre chien de Mme Croteau, Balou, se trouvait aussi dans l'espace clôturé adjacent à la résidence. Il aurait jappé, alertant la Valériennoise, qui aurait alors surpris les ravisseurs sur le fait. « J'ai vu les trois gars, pas des vieux, des jeunes. Il y en avait un qui était penché et qui essayait d'appeler Maya », raconte la maître-chien.
Balou s'est alors précipité sur le sombre trio qu'il a pourchassé jusqu'au VUS. Les malfaiteurs auraient alors pris la fuite, en retirant rapidement une affiche apposée sur la vitre arrière du véhicule. 
« C'était une affiche magnétique avec une face de bouledogue et une écriture rouge, comme s'ils travaillaient pour un (service animalier), détaille Mme Croteau. La police croit qu'ils la mettent juste quand ils sont sur le point de faire un mauvais coup et qu'ils l'enlèvent ensuite. »
Les trois jeunes hommes étaient vêtus de manière identique, laissant croire qu'ils ont recours à ce subterfuge pour passer inaperçus. 
Une plainte a été déposée auprès de la Sûreté du Québec, confirme Ingrid Asselin, porte-parole de la SQ en Montérégie. « Cet incident-là nous a été rapporté avant la découverte des deux autres chiens », indique-t-elle.
Il y a quatre mois, Balou avait découragé un autre intrus de s'emparer de Maya, selon sa propriétaire.
Des combats de chiens illégaux ?
Quelques jours après l'incident, Mme Croteau est toujours dubitative. « Une chance qu'il y avait Balou, sinon je n'aurais plus ma Maya, laisse-t-elle tomber. Il faut avoir du culot, surtout en plein jour ! »
Depuis, un cadenas a été posé sur la porte la moins accessible de la clôture. Les chiens ne sortent plus sans être accompagnés. « On surveille de près, énormément », affirme Mme Croteau.
La dresseuse canine a appris après coup le triste sort réservé à Tonka et Yoshi. « On s'est dit que c'est peut-être ce qui aurait pu arriver à ma chienne », ajoute-t-elle.
« Je sais qu'à Saint-Valérien, il y a encore des combats de chiens illégaux. Il y a des gens qui prennent d'autres chiens pour pratiquer les leurs », poursuit-elle, persuadée que c'est ce qui est arrivé aux pauvres bêtes. 
La dame n'exclut pas non plus l'hypothèse qu'on ait pu vouloir enlever Maya, d'une race rare et coûteuse, pour des fins d'accouplement.
Tisser des liens
Diane Croteau n'est pas la seule à faire un lien entre les deux événements.
« Samedi, les policiers nous avaient appelés pour savoir si on procédait à une saisie dans le secteur de la rue Principale, à Saint-Valérien, relate la propriétaire de la Fondation Caramel, Louise Meunier. Mais ce n'était pas nous. On ne fait jamais de saisie sans être accompagnés par les policiers. »
À la suite de la découverte des carcasses de Tonka et Yoshi, des agents de la Sûreté du Québec du poste des Maskoutains l'ont contactée à nouveau, lundi soir. Comme les deux dossiers sont traités par des postes situés dans deux districts différents, les policiers tentent de se coordonner afin d'établir des liens entre les sévices subis par les deux chiens et la tentative d'enlèvement.
« Avec l'autre dossier, ça a allumé des lumières, poursuit Mme Meunier, qui demeure prudente. Ce sont deux événements très rapprochés, mais on ne peut faire que des suppositions. »
Un appel à la vigilance concernant le VUS blanc s'est néanmoins propagé sur les réseaux sociaux, mardi. Une résidente de Saint-Pie a notamment indiqué l'avoir aperçu sur la route 235, lundi. « Il passait tranquillement et regardait mon chien », a-t-elle commenté.
Quiconque aurait été témoin ou aurait des informations permettant de faire avancer l'enquête sur la mort de Tonka et de Yoshi est prié de communiquer en toute confidentialité avec la section enquête de la Sûreté du Québec, poste de la Haute-Yamaska au 450-539-3252.