Le CNCB devrait accueillir plus de 450 jeunes durant la saison estivale. On voit ici le DG, Nicolas Legault avec quelques amateurs de vélo en action.
Le CNCB devrait accueillir plus de 450 jeunes durant la saison estivale. On voit ici le DG, Nicolas Legault avec quelques amateurs de vélo en action.

Très populaire, le camp d’été du CNCB

Il y a à peine quelques semaines, l’incertitude planait concernant l’avenir des camps d’été dans la région. Le récent feu vert du gouvernement Legault, de concert avec la Santé publique, a fait pousser un soupir de soulagement à l’équipe du Centre national de cyclisme de Bromont (CNCB), qui enregistre une hausse de 25 % d’achalandage comparativement à l’année précédente.

« C’est vraiment exceptionnel. On parle de plus de 450 jeunes qui vont passer par le centre cet été. C’est vraiment une grosse organisation. On est très fiers du travail accompli pour réussir à lancer les activités cette saison », a indiqué en entrevue le directeur général du CNCB, Nicolas Legault.

Rappelons que le gouvernement Legault a répondu à l’appel de l’Association des camps du Québec, qui réclamait de l’aide pour ses membres. La députée de Brome-Missisquoi et ministre déléguée à l’Éducation et responsable des dossiers des loisirs et des sports, Isabelle Charest, a annoncé une enveloppe de 11 millions $ au début juin pour que les jeunes qui veulent s’inscrire à un camp d’été puissent le faire. Quatre-vingt-quatre camps privés certifiés pourront bénéficier de cette subvention. Le CNCB est du nombre. Les détails de la répartition de cette somme ne sont toutefois pas encore arrêtés, a souligné Nicolas Legault.

Patience

Malgré le sombre tableau qui se dessinait pour les camps pour la saison estivale, le CNCB a gardé le cap. Et ce fut payant. « Normalement, de mars à juin, nos activités sont concentrées avec les écoles. Mais avec la pandémie, on n’a rien eu. Ça a fait un gros trou dans notre budget. Avec tous les camps d’été qui ont fermé, on a été patients. On a eu trois phases de planification. On a mis toutes les normes en place pour respecter les consignes de santé publique », a mentionné Nicolas Legault.

Pour avoir l’approbation de la Santé publique, les camps d’été certifiés ont notamment dû accroître leurs effectifs. Ce fut le cas au CNCB, qui a embauché 40 personnes pour accueillir les jeunes amateurs de vélo. Et tout se déroule rondement jusqu’ici. « Les jeunes avaient hâte de sortir à l’extérieur et bouger, a fait valoir Nicolas Legault. On voit l’étincelle dans leurs yeux quand ils se présentent au centre. »