À partir des observations rapportées, le MTQ a «pris des mesures pour renforcer le message» ; les messages sur les panneaux d’affichage variable ont été clarifiés et le CARTHY a mis une affiche supplémentaire avec le pictogramme d’obligation de marcher à côté de son vélo.
À partir des observations rapportées, le MTQ a «pris des mesures pour renforcer le message» ; les messages sur les panneaux d’affichage variable ont été clarifiés et le CARTHY a mis une affiche supplémentaire avec le pictogramme d’obligation de marcher à côté de son vélo.

Traverse de L’Estriade sur la 112 : le MTQ «fait le maximum»

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
Le changement de signalisation à l’intersection de la piste cyclable l’Estriade et de la route 112 ne fait pas l’unanimité chez les usagers, comme le rapportait La Voix de l’Est ce week-end. Le ministère des Transports (MTQ) a d’ailleurs dû redoubler d’efforts pour les informer et les sensibiliser aux changements adoptés.

Depuis le 20 juillet, la limite de vitesse a été abaissée à 50 km/h pour les automobilistes et les cyclistes doivent obligatoirement descendre de leur vélo pour avoir la priorité de traverser la route provinciale. Le MTQ a revu sa stratégie pour inciter les usagers à se conformer à la nouvelle signalisation avec ses partenaires sur le terrain, le Service de police de la Ville de Granby et les patrouilleurs de l’organisme CARTHY, qui s’occupe de la piste cyclable, rapporte la porte-parole du MTQ, Nomba Danielle.

«Ce qu’ils ont observé pendant leurs patrouilles, c’est que les automobilistes et des cyclistes ne respectent pas toujours la signalisation en place», affirme Nomba Danielle. Depuis, à partir des observations rapportées, le MTQ a «pris des mesures pour renforcer le message» ; les messages sur les panneaux d’affichage variable ont été clarifiés et le CARTHY a mis une affiche supplémentaire avec le pictogramme d’obligation de marcher à côté de son vélo.

«Au-delà de ces mesures, le MTQ a fait le maximum. Il ne reste plus qu’à rappeler aux usagers qu’ils ont l’obligation quand même de respecter la signalisation présente sur le réseau», note-t-elle.

Pourquoi à cet endroit et pas ailleurs ?

«Nous sommes intervenus à cette intersection-là parce que les policiers et les patrouilleurs du CARTHY nous ont signalé qu’il y avait une problématique à cet endroit. Nous avons travaillé de concert avec eux et nous avons mis en place une solution. Si le problème se pose de la même manière ailleurs sur le réseau, on verra ce qu’on pourra faire si c’est le cas, mais on essaie de ne pas privilégier les mesures à l’emporte-pièce. Le MTQ est toujours ouvert à apporter des mesures pour sécuriser son réseau», a expliqué la porte-parole du MTQ.

«Cette intersection existe depuis que l’Estriade existe, donc ça fait quand même très longtemps. Le MTQ a pris cette décision parce qu’il y avait beaucoup de demandes pour qu’une action soit posée : il y avait beaucoup d’incidents, beaucoup d’accidents avec l’ancienne signalisation», indique le directeur général de CARTHY, Gaétan Bergeron.

À vous la parole

Chose certaine, ce changement fait beaucoup réagir. Plusieurs lecteurs nous ont écrit pour partager leur opinion.

Vous êtes satisfaits de ce changement ? Vous êtes d’avis que cela crée davantage de confusion ? Formulez votre idée sous la forme d’un texte suivi de 150 à 200 mots — en demeurant respectueux —, et soumettez-la à notre journaliste au nicolas.bourcier@lavoixdelest.ca avant jeudi midi (6 août). Certains textes seront publiés dans la section Opinions de l’édition papier du samedi 8 août. Au plaisir de vous lire !