Le préfet de la MRC Brome-Missisquoi et maire de Farnham, Patrick Melchior

Transfert de la MRC Brome-Missisquoi vers l'Estrie: une décision d’ici le printemps

Le dossier de l’éventuel transfert de la MRC Brome-Missisquoi de la Montérégie vers l’Estrie chemine. Un comité doit être formé sous peu afin d’évaluer les tenants et aboutissants d’une telle migration administrative.

À ce jour, la MRC Brome-Missisquoi est desservie par des ministères répartis dans les deux régions. Les dossiers en environnement, en immigration, en justice, en santé, en sécurité publique, en tourisme et en transport sont rattachés à l’Estrie. La MRC est toutefois liée à la Montérégie en ce qui concerne les affaires municipales, l’agriculture, la culture, l’économie, l’énergie, les ressources naturelles, la faune et l’emploi.

Or, pas question d’un transfert à la pièce, a indiqué le préfet de la MRC Brome-Missisquoi et maire de Farnham, Patrick Melchior. «Il a été évoqué que les dossiers du ministère des Affaires municipales migrent vers l’Estrie en premier. Mais, s’il y a un transfert, tous les ministères doivent suivre. C’est incontournable», dit-il.

Le ministre des Transports, député de Granby et responsable de l’Estrie, François Bonnardel, s’est officiellement positionné en faveur d’un transfert de Brome-Missisquoi vers l’Estrie. Idem pour Farnham et Bromont, qui ont adopté des résolutions en ce sens. Plusieurs municipalités sont toutefois ambivalentes étant donné que plusieurs questions demeurent sans réponses pour l’instant, a fait valoir le préfet.

Interrogations

Les principales interrogations tournent notamment autour de l’économie et de la concertation. «On veut s’assurer que l’argent qui provient des différents fonds et des programmes redescende vers les municipalités de notre MRC s’il y a un transfert. On ne doit pas sortir perdants. Et jusqu’ici, ce n’est pas clair à ce sujet», a mentionné M. Melchior.

La pérennité de plusieurs organismes, entre autres au niveau communautaire, pèse aussi dans la balance. «Les organismes ne veulent pas disparaître si d’autres sont dans le même créneau qu’eux ailleurs en Estrie», a dit le préfet.

Représentativité

Le transfert de la MRC Brome-Missisquoi dans le giron estrien aurait des répercussions sur «l’importance» de plusieurs municipalités. Ce serait notamment le cas pour Farnham.

«Un transfert en Estrie pourrait faire en sorte que Farnham devienne la porte des Cantons-de-l’Est. Ça sonne bien. En même temps, on est une des plus petites villes en Montérégie. Mais, en Estrie, on serait peut-être la 8e plus grosse en terme de population», a souligné le maire.

L’ouverture à une telle éventualité est bien présente, à condition que «toutes les parties y trouvent leur compte», y compris les localités qui sont déjà en Estrie. «Une chose est certaine, personne ne veut d’un mariage forcé», a imagé Patrick Melchior.

Un comité doit donc se pencher sur le dossier. Le groupe, qui sera entre autres formé des préfets des MRC et des directeurs généraux des municipalités concernées par un possible transfert, doit être mis sur pied «idéalement au début février». «On veut se donner deux à trois mois avant d’arriver avec une réponse, a fait valoir M. Melchior. On vise donc un échéancier au printemps.»