Le transfert des soins de santé de la population de Bromont vers La Pommeraie ne se fera pas au détriment de ceux de la communauté de la Haute-Yamaska, a assuré le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Transfert de Bromont vers La Pommeraie: vives tensions en Haute-Yamaska

L’annonce, lundi, par le ministère de la Santé du transfert de Bromont du Réseau local de services (RLS) de la Haute-Yamaska vers celui de La Pommeraie a suscité de vives réactions. Contactés par La Voix de l’Est, des élus concernés dans le dossier ont entre autres évoqué une éventuelle perte d’effectifs et de services découlant de cette décision.

Le maire de Granby, Pascal Bonin, ne prend pas de détour. Il s’est dit « scandalisé » de cette annonce qu’il qualifie « d’électoraliste ». « Les libéraux sont vraiment prêts à tout pour garder [la circonscription de] Brome-Missisquoi, au détriment de la santé des gens de la Haute-Yamaska », a-t-il lancé en entrevue.

Le préfet de la MRC de la Haute-Yamaska, Paul Sarrazin, a la même lecture du dossier. Il estime que cette décision ne fait que saper les relations entre les deux MRC. « J’appelle ça diviser pour mieux régner. Ça n’a pas de bon sens, a-t-il clamé. C’est dommage parce qu’on a établi des ponts entre les MRC. On a une bonne entente. Il n’y a aucun gain. Les citoyens concernés auront-ils une perte de services de santé en faisant cette opération ? La réponse est oui. »

Par ailleurs, le fait que Bromont souhaite être affilié à La Pommeraie plutôt qu’à la Haute-Yamaska pour les soins de santé remonte à plusieurs années. Or, il s’agit d’un dossier qui n’a jamais fait l’unanimité chez les élus, a mentionné Pascal Bonin. « Depuis le début que je dis que cette demande du transfert de Bromont vers la Pommeraie est irrecevable. On est en train de déshabiller Pierre pour habiller Paul, a-t-il imagé. [...] C’est une folie d’accorder ça à Bromont. C’est un manque de respect le plus intrinsèque auprès des citoyens de Granby pour tenter de marquer des points à quelques jours du déclenchement des élections. Cette décision est contraire à une force régionale. [...] Une chose est certaine, ça ne restera pas lettre morte. »

Ce qui ne concorde pas avec les informations véhiculées par le ministère de la Santé lors de son annonce. « Cette décision prise par le ministère de la Santé et des Services sociaux, de concert avec le [CIUSSS de l’Estrie], vise à répondre à un besoin manifesté par l’ensemble des élus de la région », pouvait-on lire dans le communiqué.

De son côté, le maire de Bromont, Louis Villeneuve s’est dit « très heureux » de la décision pour les citoyens. « Il y a quelque chose de naturel à ce que les Bromontois reçoivent des soins de santé à La Pommeraie », a-t-il dit. Il a toutefois mis un bémol. « Mais c’est évident que personne ici ne souhaite que les gens en Haute-Yamaska aient moins de soins de santé. Moi le premier. »

Décision « unilatérale »
Le député de Granby, François Bonnardel, est catégorique. Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a agi « de façon unilatérale » en annonçant lundi l’intégration de Bromont au RLS La Pommeraie. « Je ne suis pas contre le fait que Bromont obtienne [le transfert]. Mais il fallait s’entendre sur les tenants et aboutissants d’une décision comme ça. [...] Est-ce qu’on perd de l’expertise ? La complémentarité [entre les deux RLS] restera-t-elle comme on la connaît ? Des soins de proximité seront certainement perdus chez nous », a-t-il déploré.

Le fait que les élus de la Haute-Yamaska n’aient pas été informés de la décision du ministre, encore moins de son annonce, a mis le feu aux poudres, a fait valoir le leader parlementaire de la Coalition avenir Québec. « Lors de notre dernière rencontre dans le dossier avec les élus municipaux [des deux RLS] et le CIUSSS, il y a un peu plus d’un an, il avait été convenu qu’il n’y aurait aucune annonce faite sans que toutes les parties concernées soient minimalement informées de la décision, a indiqué Paul Sarrazin, ce qu’a corroboré le maire de Granby. Et là, on est mis devant un fait accompli. [...] J’ai appris la nouvelle en lisant La Voix de l’Est ce matin (mardi). J’ai été estomaqué. »

Volte-face
Lors de son annonce, le ministre de la Santé a évoqué que des transferts d’effectifs médicaux de la Haute-Yamaska vers La Pommeraie seront à prévoir. « Cette décision inclut une relocalisation conséquente des ressources humaines nécessaires, notamment en centre d’hébergement et de soins de longue durée et en soutien à domicile », lit-on dans le communiqué. Le principal intéressé a toutefois fait volte-face en entrevue, affirmant « ne pas avoir été informé qu’il y aurait des relocalisations » de personnel. « En ce qui me concerne, il n’est pas question qu’il y ait une désaffection des services qui sont donnés dans cette région », a fait valoir M. Barrette. « Ce n’est pas une initiative qui vient du ministère ni de moi. C’est une demande [que le CIUSSS] nous a faite », a-t-il renchéri.

De plus, contrairement à ce que mentionne le communiqué du Ministère, le personnel du CIUSSS de l’Estrie fut mis au fait de la décision lors de l’annonce, lundi. Ce qu’a corroboré la présidente-directrice générale adjointe (PDGA) de l’organisation, Johanne Turgeon. « On a reçu la décision par lettre lundi », a-t-elle dit.

Le transfert des soins de santé de Bromont vers La Pommeraie se fera « par étape », a fait valoir la représentante du CIUSSS. Elle n’a néanmoins pas voulu s’avancer sur la période sur laquelle se fera la transition ni même à propos de son lancement. Pourquoi les élus n’ont-ils pas été informés de la décision du ministre Barrette ? Le transfert de Bromont vers La Pommeraie fait-il l’unanimité chez les élus ? Autant de questions auxquelles la PDGA a refusé de répondre. « On va essayer d’organiser ça le mieux possible. [...] On va s’asseoir et faire un plan de match. [...] On va se rattraper avec les gens de la Haute-Yamaska », a dit Mme Turgeon, assurant que la mise en œuvre de la décision du ministre de la Santé n’aura pas d’incidence sur les services de santé en Haute-Yamaska.