Samedi, Marie-Pier Marchand et Catherine Cartier attiraient les regards sous leur ombrelle, juchées sur des talons hauts, les bras tatoués et la coiffure impeccable.

Tout droit sorties des années 1950

Si vous êtes un habitué des expositions de voitures anciennes, il est fort probable que vous ayez croisé leur chemin à travers les centaines de véhicules d'époque. Peut-être aurez-vous été séduit. Tout aussi colorées, les adeptes du style rétro ont attiré l'attention des visiteurs cette fin de semaine, sans toutefois faire compétition aux rutilantes alignées côte à côte au parc Daniel-Johnson lors du Granby international.
Si certaines enfilent ces tenues spécialement pour l'occasion, d'autres ont vraiment adopté le mode de vie des années 1950. C'est le cas de Marie-Pier Marchand et de Catherine Cartier, qui attiraient les regards sous leur ombrelle, juchées sur des talons hauts, les bras tatoués et la coiffure impeccable, tout droit sorties d'une autre époque.
«Les gens pensent qu'on est déguisées, mais on vit comme ça. C'est notre style de tous les jours», précisent-elles.
Ce mode de vie outrepasse d'ailleurs les frontières de la garde-robe. «Mon salon, ma cuisine, mes meubles, tout dans ma maison est décoré comme dans les années 1950» affirme Mme Carrier.
En été, la dame, son conjoint Martin et leur fils Landon roulent à bord d'une flamboyante Plymouth Belvedere 1954. «Juste pour cette raison, être en voiture devient une aventure en soi», ajoute-t-elle.
C'est un peu le fruit du hasard si ces femmes adorent une époque qu'elles n'ont pas connue elles-mêmes. «J'aime les vêtements, le look, les meubles, la danse, l'attitude. J'aurais aimé vivre dans ce temps-là, je dis souvent que je ne suis pas née à la bonne époque», soupire Mme Marchand.
Rencontrée à son kiosque dans le coin du marché aux puces, Meghan Redmile, de Cowansville, explique en ces mots son attrait pour tout ce qui date d'un demi-siècle: «C'est moi, je suis comme ça et c'est ce qui me plaît, dit-elle. Je trouve que c'est une époque incroyable, classy. J'adore aussi la mode des années 1950. On ne montre pas trop de peau, mais le style est excessivement féminin.»
Tous les détails dans notre édition de lundi