Difficile de ne pas être concerné par la santé de la rivière Yamaska qui, en incluant ses affluents, touche 91 municipalités réparties dans 12 MRC.

Tous unis pour la rivière Yamaska

Ce n’est que lorsque tout le monde — citoyens, élus, organismes, entreprises, agriculteurs et chercheurs, pour ne nommer que ceux-là — mettra l’épaule à la roue qu’il sera possible d’améliorer la qualité de l’eau de la rivière Yamaska. Pour y parvenir, un troisième grand forum biennal portant sur la santé de ce cours d’eau névralgique dans la région aura lieu au Zoo de Granby le vendredi 11 octobre prochain. Tous sont conviés à ce rassemblement.

Difficile en effet de ne pas être concerné par la santé du cours d’eau, lui qui, en incluant ses affluents, touche 91 municipalités réparties dans 12 MRC.

«C’est beau délimiter des lignes sur des cartes, mais l’eau ne connaît pas de limites. L’amélioration de la qualité de celle-ci dépasse la gestion sectorielle des villes, des MRC et des organisations, d’où l’importance de se concerter», a fait valoir le directeur général de l’Organisme de bassin versant (OBV) de la Yamaska, Alex Martin, lors d’un bref point de presse annonçant la tenue de l’événement, jeudi.

Ce faisant, le forum du mois prochain vise à identifier, parmi les problématiques observées dans la Yamaska par l’organisme, les enjeux qui rejoignent le plus les différents acteurs concernés. Une fois ces priorités déterminées, on travaillera sur des pistes de solution communes qui pourront être mises en place pour répondre aux besoins exprimés par le milieu.

Des représentants de la MRC d’Acton seront de la partie, a fait savoir le préfet Jean-Marie Laplante. «La protection des bandes riveraines, de même que la caractérisation et la protection des milieux humides font partie des grands enjeux qui nous préoccupent», a-t-il fait savoir.

Initiatives

Les deux précédents forums, tenus en 2015 et 2017, avaient donné naissance au plan directeur de l’eau de l’OBV Yamaska, un plan échelonné sur une décennie dont la première moitié a permis la mise en place de plusieurs initiatives, dont un partenariat entre l’organisme et les MRC afin de faire subventionner des travaux dans les cours d’eau.

«On est à mi-chemin, a indiqué M. Martin. On a lancé les premiers projets et on veut consulter les différents partenaires pour définir quels seront les prochains.»

Les forums ne mènent pas à des cibles chiffrées à atteindre d’ici la fin de l’actuel plan directeur de l’eau, a précisé M. Martin, mais ils visent à mobiliser le milieu pour défaire la Yamaska de sa triste réputation de rivière la plus polluée de la province.

D’ici à la rencontre du 11 octobre, l’OBV Yamaska diffusera, à raison d’une par semaine et à compter de ce vendredi, des capsules vidéo résumant les grandes problématiques observées dans le bassin versant de la Yamaska. On espère ainsi sensibiliser la population et les décideurs aux différents enjeux dont il sera question et inspirer des pistes de solutions.