Les conseillers sortants Michael Vautour, Jérôme Ostiguy, Denise Papineau, Éric Chagnon (qui souhaite accéder à la mairie), Johanne Boisvert et Pierre Martin tenteront tous leur chance au prochain scrutin muncipal à Shefford.

Tous les conseillers de Shefford veulent revenir

Tous les conseillers sortants de Shefford tenteront de se faire réélire le 5 novembre prochain. Et c'est ensemble qu'ils ont annoncé leurs intentions, mardi matin.
Denise Papineau, Johanne Boisvert­, Pierre Martin, Jérôme Ostiguy et Michael Vautour s'étaient tous donné rendez-vous au domicile d'Éric Chagnon qui, lui, a rappelé sa volonté de succéder au maire sortant, André Pontbriand.
« On avait déjà manifesté notre intérêt, mais aujourd'hui, on officialise nos candidatures », a déclaré M. Chagnon, en précisant toutefois qu'il n'était pas à la tête d'une équipe électorale. « Nous sommes tous des candidats indépendants. On a tous en tête un objectif de continuité. »
« On travaille bien ensemble. On partage une vision commune, avec chacun nos spécificités », d'ajouter Johanne Boisvert. 
Selon les élus, le fait que Shefford ne soit pas divisée en districts électoraux vient renforcer la solidarité entre eux. « De cette façon, on ne tire pas chacun de notre côté, croit Michael Vautour. Il y a une diversité parmi nous, mais on est capables de s'écouter. »
Éric Chagnon soutient que le conseil municipal a travaillé très fort ces dernières années, notamment en acquérant des terrains en vue de la réalisation de projets importants pour la municipalité. 
On sait qu'une école primaire, un centre communautaire et des logements pour aînés sont notamment dans les cartons, bien qu'aucun de ces projets n'ait été confirmé à ce jour. « Il faut être persévérants », dit-il.
Le groupe ne cache pas qu'un meilleur appui politique serait d'ailleurs bienvenu pour permettre le développement de nouveaux services à Shefford. « On est quand même la deuxième municipalité de la Haute-Yamaska en termes de population », fait remarquer Johanne Boisvert.
« Oui, il nous manque un noyau de services, mais on souhaite aussi préserver le caractère rural de la municipalité », précise Éric Chagnon.
C'est d'ailleurs pour veiller au grain que Jérôme Ostiguy a choisi de poursuivre son engagement. « À la base, Shefford était agricole. Je veux défendre ce milieu. »
Bonne situation
Tous assurent que Shefford est en bonne position, tant sur le plan financier qu'en matière de vie citoyenne. « La population change et il importe de s'adapter, tout en respectant un équilibre », croit Michael Vautour. Et en conservant une identité propre à Shefford, ajoute Denise Papineau. 
Celle-ci vante par ailleurs la « belle collaboration » qui existe désormais entre la municipalité et ses citoyens, qui sont nombreux à s'engager dans les dossiers liés à la famille, aux aînés, aux loisirs et à l'environnement.
Le développement du parc des Montagnards, le tissage de sentiers reliant les parcs aux développements résidentiels, ainsi que la construction de liens entre les pistes cyclables et les routes font aussi partie des projets réalisés ou en cours.
« Et à travers tout cela, on investit chaque année plus ou moins 1 million $ dans le réseau routier, sans augmenter les taxes », soutient Pierre Martin.
M. Martin est conseiller municipal depuis 2009. Tous les autres ont joint le conseil en 2013. Denise Papineau a pour sa part été élue en 2011 lors d'une élection partielle.