Quelque 230 cyclistes ont pris d’assaut les routes, mercredi, à l’occasion des tranches du Tour du silence qui se déroulaient simultanément à Granby et à Bromont.

Tour du silence: 230 cyclistes se mobilisent dans la région

Quelque 230 cyclistes ont pris d’assaut les routes, mercredi, à l’occasion des tranches du Tour du silence (TDS) qui se déroulaient simultanément à Granby et à Bromont. Les sportifs ont pédalé en l’honneur des cyclistes décédés sur la route, mais aussi pour sensibiliser la population au partage de la chaussée.

Les cyclistes avec qui La Voix de l’Est s’est entretenue sont tous d’avis que le partage de la route va dans les deux sens.

« Les cyclistes doivent se tenir près de l’accotement et respecter les arrêts, les feux rouges et être courtois », a énuméré Paul Bergeron.

Cela n’empêche toutefois pas que des incidents surviennent.

Jean Tellier, responsable technique du TDS à Bromont, pédale par passion, mais aussi à la mémoire de son ancien patron qui est décédé quand il s’est fait frapper par une voiture.

« Il est mort sur le coup. J’ai une pensée pour lui chaque fois que je fais le Tour du silence », a-t-il confié.

« Des voitures se sont déjà alignées sur moi sans raison », témoigne quant à lui Paul Bergeron.

Selon ce cycliste aguerri, cette situation ne serait pas unique à l’Amérique du Nord. « Il y a eu une enquête dans Vélo Québec qui disait qu’en Australie, 50 % des conducteurs considéraient les cyclistes comme des coquerelles », a-t-il rapporté.

Les routes du Québec ne sont pas suffisamment adaptées pour les amateurs de vélo de route, déplorent des cyclistes.

« Les accotements ne sont pas assez larges et les automobilistes ne sont pas toujours conscients de ce qui se passe autour d’eux », a ajouté M. Bergeron.

De son côté, Gaétan Brodeur en était à sa toute première participation au TDS de Granby. « Ça fait beaucoup d’années que je fais du vélo, mais là, c’est le temps d’agir », a-t-il lancé.

Sa compagne, Jocelyne Vadnais, remarque que depuis l’instauration de la limite du 1,5 mètre [NDLR : distance devant être respectée entre un véhicule et un cycliste], les choses s’améliorent. Même son de cloche du côté de Luc Caron, qui remarque que les automobilistes sont très courtois.

Luc Caron remarque que les automobilistes sont très courtois.

Pistes cyclables

Pour les cyclistes qui aiment prendre de la vitesse, les pistes cyclables ne sont pas un lieu de prédilection. En effet, la vitesse maximale y est de 30 km/h.

« En peloton, on peut tenir 35-40 km/h, a expliqué Paul Bergeron. On prend de la place, donc la route c’est le meilleur endroit. Mais ce n’est pas nécessairement adapté. »

Quelques-uns préfèrent tout de même la sécurité que procurent les pistes cyclables.

Gaétan Brodeur s’est déjà fait frôler par une voiture, lors d’une escapade en Ontario. « On a eu peur cette fois-là », a confirmé Jocelyne Vadnais.

Depuis, il préfère opter pour la piste cyclable.

Les incidents entre les cyclistes et les automobilistes ne datent pas d’hier. Luc Caron peut en témoigner puisqu’il s’est fait happer par une voiture il y a une quinzaine d’années.

Le retraité salue au passage la « belle initiative » et il croit que le Tour du silence peut permettre aux automobilistes de se souvenir que la route appartient aussi aux cyclistes.

Deux départs

À Granby, le départ des 100 cyclistes a été lancé à partir du lac Boivin dès 18 h. Le peloton a parcouru 10 km, en passant par le boulevard Leclerc, la rue Robinson Sud et la rue Denison Ouest. L’événement a été organisé par le club cycliste Les Cyclones de Granby.

Un corbillard suivait la troupe afin d’attirer le regard des automobilistes. Quatre voitures de police et deux motos assuraient la sécurité des rouleurs.

Du côté de Bromont, les 130 cyclistes ont quitté le Centre national de cyclisme Bromont à 18 h 30 pour entamer un trajet de 12 km. Le TDS a été chapeauté par cinq bénévoles du comité de la famille de Bromont.

Dix personnes à vélo ont perdu la vie au Québec en 2018, selon le bilan routier de la Société de l’assurance automobile du Québec. À cela s’ajoutent les 1484 cyclistes qui ont été blessés sur les routes de la province l’an dernier, dont 67 ont subi des blessures graves.

Au Québec, le Tour du silence s’est déroulé simultanément dans 23 municipalités. Au total, l’événement attire généralement entre 4000 et 8000 cyclistes, selon la température.

« Des voitures se sont déjà alignées sur moi sans raison », témoigne le Granbyen Paul Bergeron.