L’année n’a pas été facile pour la famille d’Emy (à droite), atteinte de leucémie. Elle pose en compagnie de sa mère Mélanie Duhamel et de sa sœur jumelle Laurie.

Tour Charles-Bruneau: à vélo pour une jeune de Granby

Un simple rendez-vous de routine a fait basculer la vie de la famille de la petite Emy, en mai 2018. Elle avait quatre ans et, du jour au lendemain, la jeune Granbyenne a été hospitalisée pour traiter une leucémie. Aujourd’hui, elle se porte mieux et au moins un cycliste roulera pour elle au Tour CIBC Charles-Bruneau, dont le départ se prendra à Sherbrooke.

Mélanie Duhamel a eu tout un choc lorsque les résultats de prises de sang l’ont menée avec sa petite Emy dans le bureau du pédiatre. Ces examens faisaient suite à un rendez-vous de routine où il a été trouvé que la rate de l’enfant était enflée.

« Les résultats étaient tous anormaux, raconte la maman d’Emy et de sa sœur jumelle Laurie. Ça a été un choc parce que c’est sorti de nulle part. Ce n’est pas nécessairement facile de détecter une leucémie quand ça commence. C’est de la fatigue, le nez qui coule, des choses comme ça. Ça vient que ça ne finit plus de finir et c’est là que les parents consultent habituellement. Pour Emy, ce n’était pas le cas. Ça aurait fini par faire ça parce que le système immunitaire n’est plus capable de combattre. »

Puisque la maladie a été détectée rapidement, le corps d’Emy a mieux répondu aux traitements drastiques du départ. Elle a souffert, mais moins que les enfants atteints de leucémie qui sont déjà fatigués au début des traitements.

Mme Duhamel a arrêté de travailler du jour au lendemain. L’éducatrice spécialisée a été au chevet de sa fille tout au long du processus. Elle a repris le travail en mars.

Emy fait toujours de la chimiothérapie par la bouche quotidiennement et de la chimiothérapie par intraveineuse une fois par mois. Elle est considérée comme étant en rémission. Elle pourra se dire guérie en juillet 2020 si tout se déroule bien.

La dernière année n’a été facile pour personne.

« On garde le positif, confie Mme Duhamel. J’ai déjà eu une expérience pas très positive avec les jumelles. J’ai eu une grossesse de jumelles mono-mono, dans le sens qu’elles ont partagé le même sac amniotique et le même placenta. C’est une grossesse de jumelles sur cent. Les médecins n’étaient pas très positifs parce que c’est rare que ces grossesses-là arrivent à terme et que tout va bien. Il peut arriver plusieurs choses en chemin qui fait qu’un ou deux des jumeaux décèdent. Finalement ça a super bien été. Rien n’a mal été. Les chances de survie pour les filles n’étaient pas très bonnes et on est passé à travers. Là les chances sont bonnes, c’est 90 % de survie. Ça va bien finir. »

Pédaler pour la recherche

Emy a été invitée à être jumelée à un ou des cyclistes du Tour CIBC Charles-Bruneau pour cette course de 300 km. Elle ne connaît pas ces valeureux cyclistes. Emy ne pédalera pas, mais son visage figurera sur un macaron porté par le ou les cyclistes.

« La Fondation Charles-Bruneau vient en aide à tous les enfants atteints du cancer à travers le Québec par la construction de centres Charles-Bruneau, explique Marie-Claude Lachance, directrice des communications de l’organisme. Ils se trouvent à Montréal, Sherbrooke et Québec. Et on finance aussi la recherche. »

Comme les unités de soins sont déjà construites, les fonds amassés lors des différents parcours du Tour, en juillet, serviront à la recherche.

« On s’est engagé à investir 26 M$ en recherche sur les cancers pédiatriques d’ici 2022, poursuit Mme Lachance. Les projets de recherche en cours et à venir sont très prometteurs. On les finance à deux niveaux. D’abord, on essaie de trouver une façon de guérir le 20 % d’enfants dont le cancer résiste aux traitements. Ensuite, on veut mieux guérir le 80 % d’enfants qui s’en sortent, mais trop souvent avec des séquelles et des complications. Les chercheurs travaillent à trouver de nouveaux traitements. Une des avancées prometteuses est les traitements ciblant seulement les cellules cancéreuses. Il y aurait moins de séquelles et de complications. »

La Fondation Charles-Bruneau est le principal bailleur de fonds en hémato-oncologie pédiatrique au Québec.