L’intersection de la rue Cowie et du chemin René à Granby, où deux accidents mortels sont survenus au cours des dernières années, sera sécurisée.
L’intersection de la rue Cowie et du chemin René à Granby, où deux accidents mortels sont survenus au cours des dernières années, sera sécurisée.

Théâtre de plusieurs accidents, une intersection sera sécurisée à Granby

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
L’intersection de la rue Cowie et du chemin René à Granby, où deux accidents mortels sont survenus au cours des dernières années, sera sécurisée. Des arrêts obligatoires seront ajoutés et la vitesse sera réduite.

La Ville a agi selon une recommandation émise en juin dernier par le Bureau du coroner du Québec, à la suite d’un accident mortel survenu il y a près d’un an. Un jeune homme de 23 ans est décédé, en novembre 2019, d’un traumatisme crânien lors d’une collision routière avec un camion de type « pick-up » après avoir dévié de sa voie sur la rue Cowie.

Le Bureau du coroner a ainsi recommandé que Granby «réévalue la sécurité de ce tronçon de route problématique et apporte les modifications nécessaires pour éviter qu’un autre événement semblable se reproduise».

Afin de sécuriser les lieux, situés dans le secteur de l’Autodrome Granby, le comité de circulation de la Ville a proposé, après analyse, d’ajouter des panneaux d’arrêts obligatoires rue Cowie, à l’intersection du chemin René, et de réduire la vitesse à 50 km/h dans la portion de la rue Cowie comprise entre la rue Jeannine et le numéro civique 1318. La limite est actuellement de 80 km/h, à cet endroit.

Les élus ont donné leur aval à la mise en oeuvre de ces mesures et ont récemment lancé les démarches pour modifier la réglementation en ce sens. Elles entreront en vigueur prochainement.

Accidentogène

Le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire à la Ville, Benoit Carbonneau, relève que de nombreux accidents sont survenus dans ce secteur au cours des dix dernières années.

«Il y a eu deux accidents mortels, six accidents avec blessés et 10 accidents (avec dommages) matériels. Ça fait en sorte que c’est une intersection qui est jugée dangereuse», détaille-t-il.

Le maire, Pascal Bonin, fait pour sa part valoir que les municipalités contestent très rarement les recommandations du coroner. «Quand il y en a, on les mets en application, évidemment», dit-il.