Son interlocuteur lui a expliqué qu’il devait rembourser son dû avec des cartes prépayées. Le septuagénaire s’est donc rendu à la pharmacie Jean Coutu où il a voulu en acheter pour plus de 1000 $,.

Tentative de fraude: une employée fait preuve de vigilance

La vigilance d’une employée d’une pharmacie de Cowansville a permis de faire échouer une fraude qui aurait fait perdre quelques milliers de dollars à un septuagénaire.

L’homme est passé à un cheveu d’être victime d’une fraude de 3000 $. Il a reçu un courriel qui le sommait de composer un numéro de téléphone, mercredi. La personne au bout du fil lui aurait fait savoir qu’il devait rembourser une somme d’argent au gouvernement et que s’il omettait de payer, les policiers iraient le cueillir chez lui.

Son interlocuteur lui a expliqué qu’il devait rembourser son dû avec des cartes prépayées. Le septuagénaire s’est alors rendu à la pharmacie Jean Coutu où il a voulu en acheter pour plus de 1000 $, raconte Nancy Gauthier, une commis responsable à la pharmacie. « Il a dit que c’était pour offrir en cadeaux, mais c’est ce qu’ils se font dire de fournir comme explications », explique-t-elle.

Sauvé in extremis
L’employée était convaincue que l’homme était sur le point d’être victime d’une fraude, ce qu’elle lui a expliqué. Elle a offert de contacter les policiers pour signaler la tentative de fraude. Il était d’ailleurs « très heureux » de son intervention, explique Mme Gauthier.

« C’est un travail d’équipe, dit-elle. On est très avisés que lorsqu’il y a des achats de plus de 200 $ en cartes prépayées d’appeler un responsable pour s’assurer que ce n’est pas une fraude. » Il faut dire que ce n’est pas la première fois que des clients se présentent à la pharmacie pour acheter des centaines de dollars en cartes prépayées. Les employés sont donc vigilants. « On continue d’être alertes », assure Mme Gauthier.

La Sûreté du Québec rappelle que les fraudes de type hameçonnage consistent en l’envoi d’un courriel ou d’un message texte dans le but de tromper les destinataires afin de leur soutirer des renseignements personnels ou de les amener à poser des actions les enjoignant à effectuer des transferts d’argent par différents moyens.

Lorsqu’un citoyen soupçonne qu’une telle demande semble frauduleuse, il doit contacter les policiers avant de procéder à un transfert d’argent ou à l’achat de cartes prépayées.