La Ville de Sutton a accueilli son nouveau greffier, Me Jonathan Fortin (à droite), en entérinant son embauche par résolution lundi.

Sutton a son greffier

Après des mois de recherche, la Ville de Sutton a finalement entériné l’embauche d’un nouveau greffier. Me Jonathan Fortin a vécu son premier conseil municipal lundi.

Julie Lamarche a quitté ses fonctions à la mi-mars pour diriger des fonctions identiques à Cowansville. Un peu plus d’un mois après son départ, Louis Pilon avait pris en charge le service des greffes par intérim. Il y restera temporairement comme greffier adjoint et directeur des projets spéciaux.

Me Fortin en est à sa deuxième semaine entre les murs de l’hôtel de ville de Sutton. Il s’agit de sa première expérience en tant que greffier municipal.

Il a étudié en cinéma et communications au cégep avant de poursuivre ses études à l’Université de Montréal en droit.

Dix années de pratique comme avocat

« J’ai travaillé pendant presque dix ans dans un bureau [d’avocats] à Chambly, raconte le Chamblyen d’origine en entrevue, pour lequel je m’occupais à 50 % de droit corporatif, à 25 % de litiges et 25 % de droit administratif, donc du droit municipal, de la concertation gouvernementale, etc.. Ça faisait plusieurs années que je cherchais à travailler pour une municipalité. Ce que j’avais vu et côtoyé dans le cadre de ma pratique en droit administratif, c’est quelque chose qui me tentait, mais je voulais un milieu de vie. Ayant grandi à Chambly, Sutton a le côté touristique et villégiature de Chambly. »

Le nouveau greffier a pu prendre le pouls de la population suttonnaise lundi lors de la séance ordinaire qui a duré pas moins de trois heures avec des échanges quelques fois émotifs. Il a rapidement constaté que la population est engagée à Sutton.

« Je viens de Chambly, laisse-t-il tomber en sous-entendant les enquêtes entourant la gestion de cette ville par l’ancien maire et la mise sous tutelle de cette municipalité depuis février. Il y a eu plusieurs événements dernièrement où l’engagement citoyen est très élevé. L’actualité chamblyenne, je la suivais. Alors je ne suis pas surpris de l’implication citoyenne, même que ça a du bon puisque ça porte à réfléchir. »

Après un peu plus d’une semaine en poste, Me Fortin adore déjà son nouvel emploi. Il a l’avantage d’avoir touché à des éléments qui concernent le monde municipal dans le cadre de sa pratique, dit-il, comme la gestion des mises en demeure que la municipalité peut recevoir et le fonctionnement par résolutions du conseil municipal.

Le conseil a également procédé à l’embauche d’une coordonnatrice aux communications, Francine Benoît-Plamondon. Elle travaillera 21 heures par semaine dès le 21 octobre.