Les transactions immobilières enregistrées en 2017 ont permis à la Ville de Cowansville d’encaisser des revenus additionnels de 187 000$.

Surplus de 1 million $ à Cowansville

Des revenus additionnels et des dépenses moins élevées que prévu ont permis à la Ville de Cowansville de dégager un surplus de 1 040 156 $ en 2017. Le montant aurait pu être plus élevé, mais le conseil a décidé de consacrer 266 000 $ de plus que prévu sur sa dette.

Plusieurs facteurs expliquent ce bilan : les revenus associés aux droits de mutation sont en hausse de 187 000 $, ceux de la compensation pour la collecte sélective de 109 000 $, les compensations en lieu de taxes — soit les taxes foncières payées par les gouvernements fédéral et provincial pour leurs bâtiments sur le territoire de la Ville — ont augmenté de 85 000 $, indique la mairesse Sylvie Beauregard dans son rapport sur les faits saillants des états financiers de la municipalité déposé lundi.

En 2017, la Ville a par ailleurs économisé 232 000 $ sur ses dépenses d’entretien de son réseau routier. Elle a également dépensé 145 000 $ de moins que prévu dans des aides financières et des frais pour la promotion et le développement économique. Le fait que les coûts de démarrage de la Corporation d’initiative industrielle de Cowansville, qui gère l’incubateur industriel, seront surtout imputés cette année explique cette différence. Le projet devait se concrétiser en 2017. Finalement, un montant de 89 000 $ a été économisé sur les frais de financement des emprunts de la municipalité. Les taux d’intérêt obtenus sont moins élevés que ne le prévoyait l’administration municipale.

Le surplus enregistré fait que la municipalité dispose maintenant d’un surplus accumulé non affecté de 2 718 609 $.

Dans son budget 2017, le conseil avait réservé un montant de 2 625 000 $ pour rembourser le capital et les intérêts de sa dette. Ce sont plutôt 2 891 716 $ que la Ville a versé. Compte tenu du bon bilan financier de l’année dernière, le conseil a également mis de côté un montant de 150 000 $. Il sera utilisé l’an prochain pour effectuer un remboursement en capital supplémentaire, a indiqué Mme Beauregard dans son rapport.

La dette à long terme de la Ville se situait à la fin de l’année 2017 à 32 634 799 $. Notons que 3 405 493 $ de ce montant est à la charge du gouvernement québécois. C’est la politique de Québec de demander aux municipalités d’emprunter en son nom lorsqu’il participe à des projets d’infrastructures. L’État les rembourse sur la durée des emprunts. Le gouvernement fédéral verse ses subventions au comptant.

L’an dernier, la Ville a réalisé des investissements de 17,4 millions de dollars. Il s’agissait d’un record. La municipalité a profité de programmes de subventions sans précédent.