Le maire de Bromont, Louis Villeneuve et le directeur des finances et du développement­ économique, Richard Joyal.

Surplus budgétaire à Bromont: « La vitalité économique se poursuit »

À l’instar de 2017, Bromont a terminé le plus récent exercice financier en dégageant un surplus avoisinant 2 millions de dollars. Le marché immobilier y est particulièrement effervescent, ce qui a fait en sorte que la richesse foncière a franchi le cap de 2,1 milliards de dollars.

« On gère la croissance. Financièrement, il faut l’avouer, ça nous aide beaucoup, a concédé en entrevue le maire Louis Villeneuve, en marge du dépôt du rapport financier 2018 lors de la séance du conseil, lundi. Chaque année, il y a plus de revenus. Mais on ne veut pas s’enfler la tête avec ça. On gère la Ville de façon très responsable et serrée à tous les niveaux. »

L’excédent provient principalement de revenus supérieurs aux prévisions, a expliqué le directeur des finances et du développement économique, Richard Joyal. Les sommes perçues au-delà de ce qui avait été prévu s’élèvent à 707 000 $, entre autres 332 000 $ en taxation et tarification, ainsi que 235 000 $ en droits de mutation. Quant au surplus accumulé, il a atteint un peu plus de 2 millions à la fin de 2018. Il est à ce jour de 3,3 millions. « Comme spécifié à l’intérieur du cadre financier, ce montant servira à des investissements au bénéfice de tous les citoyens », a souligné M. Joyal. « La vitalité économique se poursuit », a-t-il résumé en entrevue.

Investissements

Au chapitre des investissements, la municipalité a injecté 17 millions de dollars dans des immobilisations, comparativement à 11 millions en 2017. Par ailleurs, 8,8 millions ont servi à acquérir le site du Parc des sommets, dans le massif du mont Brome. Deux millions ont été investis dans la réfection des rues puis pour la conversion des lampadaires aux DEL dans l’ensemble du territoire.

De plus, 600 000 $ ont permis de remettre à niveau les infrastructures d’égout et d’aqueduc. Parmi les autres projets majeurs, 1,4 million a été investi au Campus Germain-Désourdy, ainsi qu’un demi-million pour l’ajout d’un bloc sanitaire au Domaine du lac Gale.

« On maintient un bas de laine équivalent à 10 % du budget. Bon an mal an, on parle d’un surplus de 3 millions. On ne sait jamais quand peut survenir un coup dur. Et malgré la croissance, il ne faut jamais perdre de vue que de gros investissements sont à venir à Bromont », a fait valoir Louis Villeneuve, citant en exemple la mise à niveau des réseaux des eaux potable et usée, la construction d’un centre communautaire et d’une nouvelle caserne, de même que la réfection de plusieurs artères routières.

Côté dépenses, la municipalité a sorti son chéquier à hauteur de 24 millions, soit environ 106 000 $ au-dessus des prévisions. Ceci ne tient toutefois pas compte de la somme allouée pour l’acquisition du Parc des sommets. En ce qui concerne l’endettement total net à long terme, il avoisine 49,4 millions, soit près d’un demi-million de moins que l’année précédente. Un bilan global reluisant selon le grand argentier. « Malgré les investissements qui sont faits, la dette est sous contrôle », a indiqué Richard Joyal.

Le rapport financier sera présenté en détail aux citoyens le 13 mai à 19 h à l’hôtel de ville.