Earl Laurie (DG de l’ISEQ), Louis Villeneuve (maire de Bromont), Normand Bourbonnais (PDG du C2MI), Isabelle Charest (députée provinciale de Brome-Missisquoi) et Denis Paradis (député fédéral de Brome-Missisquoi).

Subventions de 1,3 M$ en appui à l'industrie québécoise de l'électronique

L’union fait la force, dit le proverbe. C’est ce que préconise le Pôle d’excellence de l’industrie des systèmes électroniques du Québec (ISEQ), qui représente tous les joueurs de cette vaste sphère. En ce sens, les deux paliers de gouvernement ont annoncé, vendredi au centre de recherche en microélectronique de Bromont (C2MI), qu’ils injectent conjointement un peu plus de 1,3 million de dollars pour propulser à un autre niveau ce secteur d’activité, générant des retombées de 11 milliards de dollars par an.

Le ministère de l’Économie du Québec a soutenu la mise en œuvre du plan d’action de l’ISEQ, dont le budget est évalué à plus de 2,3 millions de dollars, à la hauteur de 750 000 $. Cette somme provient du Programme d’appui au développement des secteurs stratégiques et des créneaux d’excellence. De son côté, le ministère des Affaires municipales a accordé 135 000 $ par l’entremise du Fonds d’appui au rayonnement des régions. Pour sa part, Développement économique Canada a consenti une subvention de 450 000 $, répartie sur trois ans, via le Programme de développement économique du Québec.

« L’industrie des systèmes électroniques est indispensable parce qu’elle joue un rôle primordial dans tous les secteurs-clés de l’activité économique du Québec, a indiqué en point de presse la ministre déléguée à l’Éducation, responsable de la Condition féminine et députée de Brome-Missisquoi, Isabelle Charest. Parce qu’elle est au cœur de la recherche et de l’innovation. »

 « Cette aide financière permettra à l’organisme de poursuivre son importante mission de promouvoir l’industrie et contribuer à l’expansion de son marché, notamment aux États-Unis. [...] J’espère qu’un nombre record d’histoires à succès verront le jour grâce à votre concours », a fait valoir le député fédéral de Brome-Missisquoi, Denis Paradis. 

« La présence de ce pôle à Bromont n’est certainement pas étrangère à la qualité des entreprises établies dans notre parc scientifique et à la richesse qu’elles apportent, tant du point de vue corporatif que social », a pour sa part souligné le maire de Bromont, Louis Villeneuve.

Catalyseur

« L’ISEQ est une vitrine, une marque de commerce pour toute l’industrie. C’est indispensable pour réussir à avoir une plus grande percée et une visibilité à l’international, mais aussi à travers le Canada. On veut aussi aider les entreprises en démarrage à aller chercher du financement », a mentionné en entrevue le directeur général de l’organisation, Earl Laurie.

« L’électronique est à la fois partout, mais invisible. On oublie qu’il y a une industrie importante au Québec. C’est aussi gros que l’aérospatiale, a indiqué le président-directeur général du C2MI, Normand Bourbonnais [...] On veut dynamiser cette industrie pour que tous les joueurs travaillent ensemble pour croître. »

Les activités de l’ISEQ, dont le quartier général est établi au C2MI, sont réparties à travers cinq « pôles », ou territoires : Montréal, l’Estrie, la Montérégie, la Capitale nationale et le Centre-du-Québec. « Pour chacune des régions où il y a une des 750 compagnies en électronique au Québec, on a un lien avec eux », a précisé M. Bourbonnais.

Les principaux utilisateurs de ces types d’applications sont l’avionique, le transport, la santé, les communications et la domotique, a souligné Isabelle Charest lors de son allocution. Au Québec, les emplois dans le domaine de l’électronique ont bondi de 12 % au cours de la dernière année, passant de 40 000 à 45 000, a affirmé le PDG du C2MI. « Et on veut que cette croissance soit encore plus accrue pour l’avenir. »